Cédric Herrou : quan des éxtrêmes se rejoignent

Cédric Herrou , le proclamé azuréen de l'année par la gazette locale suite à un concours de click, sera jugé jeudi prochain par le Tribunal correctionnel de Nice pour ses activités en soutien des immigrés dans la vallée de la Roya. Il profite d'une surexposition médiatique qui rendra toute décision des juges , quelle qu'elle sera, un cas politique alors qu'il s'agit tout simplement de juger un citoyen militant. Indefectible M. Autorité, Éric Ciotti s'est pris en avance avec un texte au vitriol après avoir pris connaissance du résultat du concours de Nice-Matin. Avec son agressivité verbale habituelle, le représentant de la droite vigoureuse avait tout simplement décreté : non, Cédric Herrou n'est pas l'azuréen de l'année ! Ipse dixit ! Et de le motiver avec une longue argumentation qui fait du militant une figure de la criminalité organisée qui profite de cette situation. On imagine aussi la réaction de David Nakache et Robert Injey qui ont fait de Cédric Heurrou le symbole de la lutte des opprimés contre la tyrannie : pour eux, c'est un nouveau Garibaldi qui sera jugé, défenseur des droits des hommes de disposer de leur destin. D'ailleurs le dirigeant communiste le dit sans ambiguïté :" Éric Ciotti ou la perte des valeurs humains". Avec ses tons , le débat risque d'être enflammé.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message