Diversification et désenclavement : un projet ambitieux pour les quartiers niçois en rénovations

Ce lundi se tenait la conférence de presse du directeur général de l’Agence nationale pour la Révolution Urbaine (ANRU) Nicolas Grivel. ils sont notamment revenus sur les enjeux de l’ANRU au sein de la métropole Nice Côte d’Azur.

Lancée par Jean-Louis Borloo en 2004, l’ANRU est une agence permettant l’organisation des refontes urbaines en France. Son directeur général Nicolas Grivel soutient ces projets sur tout le territoire français. Celui de Nice est, pour lui, « d’envergure nationale, » notamment à l’Ariane, et aux Moulins/Point du Jour, où le projet cherche à relié les deux sites.

Les deux objectifs principaux de l’ANRU, pour la ville de Nice, sont de créer une mixité sociale, de diversifié ces quartiers, mais également de les désenclaver. Pour diversifier le quartier, Nicolas Grivel souhaite utiliser des techniques communes à l’échelle nationale : « Pour avoir une belle vie, il faut une belle vue. On va chercher à redynamiser et rendre beau le quartier, pour attirer de nouveaux prospects. Il faut également donner des garanties aux nouveaux arrivants en augmentant les services publiques, comme les écoles, la poste, le nettoyage. Recréer finalement une vie de quartier qui soit saine. »

Cela passe également par l’accès au centre-ville niçois. Dominique Estrosi-Sassone promet que « dans un an, le quartier des Moulins sera desservi par la ligne de tram 2. Avant c’était une véritable enclave, où seul HLM Côte d’Azur Habitat (office public) était propriétaire. On a déjà terminé la phase de démolissage dans ce quartier. Le but est de reconstruire pour diversifier les bâilleurs sociaux. Mélanger la propriété privé et publique. La vie de quartier reprendre de plus belle depuis le début du projet. Et l’accès au centre-ville est un point essentiel. »

Un projet ambitieux

Débuté en 2007 à l’Ariane, et en 2010 aux Moulins et Point du Jour, les projets sont aujourd’hui à achevés à moitié. Leur coût total est de 450 millions d’euros financés à hauteur de 86 millions par l’ANRU. Ce projet est dit « d’intérêt national, » auquel vont s’ajouter celui de Nice - les Liserons, Cannes - Ranguin-Frayère, et Grasse - Grand Centre. Au terme des ces engagements, 1402 logements sociaux seront démolis, 1440 reconstruits, et 2770 réhabilités.

En présence de Dominique Estrosi-Sassone, sénatrice des Alpes-Maritimes, Serge Castel, directeur départemental des territoires et de la mer, et Franck Vinese, secrétaire général adjoint préfectoral,

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message