Economie : La dette mondiale dépasse très largement la valeur de la production de richesse

Ce taux ne cesse d’augmenter et a atteint un nouveau record selon la dernière étude de l’Institute of International Finance (IIF) .

Selon l’IIF, c’est simple : désormais la dette cumulée au niveau mondial atteint la somme de 192 000 milliards d’euros.

Celle-ci a, selon l’IIF, atteint 324 % du PIB du globe, un niveau jamais vu qui met en difficulté les pays et les entreprises et qui pourrait être à l’origine d’une nouvelle crise.

Ça représente 96 fois le PIB de la France, qui dépasse de peu les 2 000 milliards d’euros par an.

C’est le problème : les intérêts de cette dette ne cessent d’augmenter alors que la croissance n’est pas totalement au rendez-vous bien qu’elle reprenne des couleurs.

Selon l’étude de l’IIF , la dette mondiale est telle que 1 440 milliards d’euros devront être remboursés ou encore re-financés en 2018. Cette somme ne concerne que les pays en voie de développement qui ne bénéficient pas de la stabilité financière des pays comme la France et qui, en fait, ne reçoivent des taux d’intérêts qu’élevés de la part des créanciers.

L’inquiétude monte : « même avec des taux mondiaux bas, beaucoup d’entreprises non-financières se dirigent vers des difficultés à assurer le service de leur dette » écrit l’IIF dans son étude.

Le risque d’une nouvelle crise économique majeure, alors que le monde sort à peine de celle de 2008, n’est donc pas écarté, loin de là.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message