Eurostat confirme que l’horizon économique s’éclaircit

En 2016, la dette publique de la zone euro est repassée sous la barre des 90 % du produit intérieur brut (PIB) pour s’établir à 89,2 %, selon les statistiques publiés lundi 24 avril par Eurostat. Après avoir culminé à 92 % en 2014, l’endettement de l’union monétaire enregistre sa deuxième année d’affilée de baisse. La France, elle, confirme son décrochage : entre 2013 et 2016, son endettement a grimpé de 92,3 % à 96 %.

Dans le détail, les situations des différents Etats sont très contrastées.

La Grèce enregistre toujours l’endettement le plus élevé (179 % du PIB), suivie par l’Italie (132,6 %) et le Portugal (130,4 %), puis Chypre (107,8 %). A l’inverse, l’Estonie (9,5 %), le Luxembourg (20 %) et la Bulgarie (29,5 %) affichent les taux les plus bas.

L’Allemagne a améliorée sa situation . La dette de nos voisins est de 68,3 % du PIB.

Les évolutions des déficits publics sont plus marquantes encore. Celui de la zone euro s’affichait, en 2016, à 1,5 % du PIB, contre 2,1 % en 2015. C’est très inférieur à la limite de 3 % du PIB imposée par les règles budgétaires européennes. En 2010, il culminait ainsi à 6,2 % du PIB dans l’ensemble de la zone euro.

Les politiques d’assainissement ont fait leur effet : sur les vingt-huit pays de l’Union européenne, seuls quatre affichent encore un déficit supérieur ou égal à 3 % : parmi eux, la France (3,4 %. Pour le reste, douze pays européens affichent un solde budgétaire à l’équilibre ou excédentaire.

Si la plupart des pays sont désormais sortis des politiques d’austérité, les dépenses publiques de la zone euro ont en moyenne baissé de 48,5 % à 47,7 % du PIB entre 2015 et 2016. Du fait de sa généreuse protection sociale, la France détient toujours le record en la matière (56,2 % du PIB, en baisse de 0,5 point sur un an).

Le retour de la croissance a également contribué à la fonte des déficits. L’an dernier, la zone euro a en effet vu son PIB progresser de 1,7 %.

Pour l’ensemble de l’Union européenne, le ratio de dette s’est élevé à 83,5 % du PIB l’an dernier, en baisse de 1,4 point par rapport à 2015.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message