Accueil de migrants et de mineurs à la frontière franco-italienne : le droit bafoué ?

La visite - "de courtoisie" - des trois visiteurs , l'euro-députée Michèle Rivasi, Guillaume Gontard ( sénateur de l'Isère) , Myriam Laïdouni-Denis (conseillère régionale d'Auvergne-Rhône-Alpes) ,élus EELV, laissera certainement un très mauvais souvenir aux policiers et gardes-frontières en service à la frontière franco-italienne (gare de Menton-Garavan et poste PAF). Cette visite- rapportée par un long article de la revue Politis- a fait ressortir des insuffisances , voir des irrégularités dans le traitement des migrants et particulièrement des mineurs. Certaines, si vraies, particulièrement graves. Les élus, en plus d'une utilisation "politique", comptent transformer leurs constats en signalement au Parquet. A savoir : les policiers appliquent les dispositions à la lettre ou ils y ajoutent du zèle ?

L’avocat de l’association Tous Citoyens , maître Mireille Damiano, particulièrement engagée dans ce dossier , a pris le relais des élus et veut engager des procédures en référé-liberté : "Une telle procédure implique une notion d’urgence et le non-respect d’une liberté fondamentale. Les observations confirment que des mineurs, donc des personnes vulnérables, sont laissés en déshérence en étant renvoyés en Italie. Et leurs droits à la liberté, à la sécurité et à la protection normalement garantis par les textes internationaux sont bafoué".

L’association a interpellé le préfet des Alpes-Maritimes et le Ministre de l’Intérieur pour que de telles pratiques cessent et que les dispositifs de loi soient respectés.

Un appel aux sourds ?

*L’association a présenté jeudi 29 mars ses six propositions pour un accueil digne et efficient des mineurs isolés étrangers dans les Alpes-Maritimes dont la première est précisément l’arrêt immédiat de tout refoulement à la frontière italienne des mineurs isolés étrangers.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message