La pizza inscrite au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco

L'un des symboles de la gastronomie italienne fait ses entrées dans la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco aux côtés d'autres trésors culturels.

Le comité ad hoc de l’Unesco était réuni sur l’île sud-coréenne de Jeju pour examiner 34 demandes d’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel de l’Humanité. Cette liste, créée en 2003 comptait déjà 365 entrées, traditions, diverses formes d’art ou des célébrations, comme le flamenco espagnol ou le batik indonésien.

Cette inscription est symbolique pour l’Italie, mais confère une certaine visibilité et montre que les efforts des thuriféraires de l’art de la pizza napolitaine ont payé. Au-delà de l’habilité gestuelle, il s’agit d’un "savoir-faire culinaire" qui associe "chansons, sourires, technique, spectacle" et remonte au XVIe siècle, soulignait le dossier de candidature italien.

"Victoire !", a réagi sur twitter Maurizio Martina, le ministre italien de l’Agriculture. Il salue "un nouveau pas pour la protection de l’héritage gastronomique et viticole de l’Italie".

Pecoraro Scano, ancien ministre de l’Agriculture présent à Jeju, a ajouté sur le réseau social : "Longue vie à l’art du pizzaïolo napolitain !".

Selon Sergio Miccù, président de l’association des pizzaioli napolitains, deux millions de personnes avaient signé une "pétition mondiale" pour en soutenir l’inscription.

La pizza est née à Naples durant le 16e siècle par nécessité : nourrir le peuple. En effet, cette galette enduite de saindoux et cuite dans un four à bois servait de casse-croûte aux employés des boulangeries. Donc c’est bel et bien la pizza « bianca » blanche, simple qui est la toute première pizza.

La « rossa » la rouge n’arrivera que 2 siècles plus tard ! Toujours à Naples. Avec la découverte des tomates en même temps que l’Amérique par Christophe Colomb. Celles-ci furent exportées d’abord en Espagne puis ensuite à Naples (à l’époque sous domination espagnole, hé oui). Au 16e siècle, la tomate n’était pas considérée comme comestible mais toxique. Ce n’est qu’à partir du 18e siècle qu’elle passera à la casserole !

De nos jours, la pizza la plus connue, la plus simple, la plus populaire et la plus aimée est la pizza Margherita : le basilic pour le vert, la mozzarella pour le blanc, la tomate pour le rouge. Son nom est un clin d’œil à la reine Margherita, en voyage à Naples, pour qui un pizzaiolo créa en 1889 cette pizza spéciale aux couleurs de l’Italie juste réunifiée.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message