Une marche solidaire pour les migrants de Vintimille à Douvres

Entre les anti-migrants qui défendent les frontières et les altermondialistes qui en demandent la suppression , que faire ? Les associations que depuis des années ouvrent pour une politique migratoire solidaire ont fait leur choix et choisi une voie pacifique pour manifester contre le blocage des frontières et le délit de solidarité dont l'application a porté à des procès et condamnations au pénal de quelques militants : une marche de Vintimille à Douvres , 60 villes-étapes, 1400 km. " Entre deux frontières bloquées, l'une pour empêcher les migrants d'entrer, l'autre pour les empêcher de sortir"- est le commentaires des associations locales qui font partie du réseau associatif qui organise cette marche, coordonné par l'Auberge des Migrants qui a son rayon d'action dans la zone de Douvres. L'objectif ? Faire prendre conscience aux français que la problématique de l'immigration- complexe qu'elle soit- n'est pas seulement un affaire d'ordre public mais aussi de droit et humanité.

Le choix du moyen, la marche, est politique. Moins au sens partisan que par sa philosophie : la marche figure ce qui résiste, le marcheur est pacifique et résiste au monde et aux puissants.

La marche est de ce fait un moyen de protestation et de revendication ( de nombreuses fois utilisé dans l’histoire) , qui est redouté par le pouvoir car il pose la question de la répression du faible, donc de la brutalité injuste.

Telle est considéré la future loi sur l’Immigration et Asile qui va aggraver la situation des migrants et faciliter leur expulsion.

Dans le département, un collectif d’associations compose la cellule opérationnelle qui pendant une semaine, de lundi 30 avril au samedi 5 mai, organisera les transferts des marcheurs ( une cinquantaine auxquels s’ajouteront des volontaires suivant leur gré) à travers les diverses étapes dans le département qui les porteront de Vintimille à Breil sur Roya, de Breil à Sospel, de Sospel à Nice, de Nice à Antibes , d’Antibes à Cannes avant de prendre la route vers la Var.

Certains trajets se feront en bus ou covoiturage pour des raisons logistiques.

A chaque étape des moments culturels ( conférences, films thématiques) seront proposés et permettrons des débats qui s’annoncent intéressants et animés.

Des animations musicales et des repas "ouverts" donneront un cachet festif à cette marche qui se veut "colorée, gaie et ouverte" , selon les auspices des organisateurs qui en veulent faire un moment de partage avec les citoyens.

L’arrivé à Douvres est prévu pour le 8 juillet : à ce moment on pourra savoir si l’appel à la solidarité nationale lancé par l’Eveque de Gap* Xavier Malle aura été écoutée : "Aucun d’entre nous, tout seul, n’a la solution. Pas plus l’Etat que les associations. C’est ensemble que nous pouvons faire face. Travaillons ensemble et non plus côte à côte".

Beaucoup de minorités brimées en ont fait leur arme pacifique (et très efficace) : la plus fameuse - ou médiatisée- fut celle de Ghandi contre le colonialisme en 1930, 386 kilomètres pour protester contre la taxe sur le sel ( d’où son nom).

Plus près de nous, comment oublier les 4 millions de personnes qui participèrent aux marches républicaines contre le terrorisme le 11 janvier 2015 après les attentats à Charlie Hebdo e au HyperCacher de Paris.

* dans sa diocèse on retrouve Briançon, autre point chaud pour le passage entre l’Italie et la France des migrants.

Au niveau national, les Etats Généraux des Migrations, Emmaüs France, la Ligue de l’enseignement… soutiennent la marche solidaire. Dans les Alpes-Maritimes, ces organisations appellent à la Marche solidaire : SoMiCo06 (SOlidarité MIgrants COllectif 06) : [Artisans du monde 06 – ATTAC France – Citoyens solidaires 06 – Défends Ta Citoyenneté ! (DTC) –FCPE – FSU 06

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message