A Monaco, Ségolène Royal rappelle le Plan Méditerranée pour la protection de la mer et des cétacés

A l'occasion de son déplacement à Monaco pour la 8è édition de la Blue monaco Initiative, Ségolène Royal en a appelé à une mobilisation sans faille pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Les ratifications montent en puissance : 141 parties ont ratifié l’accord. D’autres pays vont bientôt le faire. La mobilisation en faveur des 70 coalitions lancées à Paris se poursuit, notamment sur le thème de l’océan. L’accord est désormais irréversible et le mouvement vers son universalisation se poursuit.

A Monaco, Ségolène Royal a rappelé le bilan de l’action qu’elle a conduite au nom de la France pour l’océan ainsi qu’en tant que présidente de la COP21.

La création du siège Pelagos lui donne l’opportunité de rendre compte de l’application du Plan Méditerranée qu’elle a créé :

- Signature du Manifeste de Monaco* pour les océans, pour unir toutes les énergies au service de l’océan ;

- Lancement de la consultation du public sur l’arrêté fixant les caractéristiques techniques des dispositifs anticollision avec les cétacés dans Pelagos. 12 navires français sont déjà équipés, 45 le seront le 1er juillet 2017. La Ministre a salué la dynamique lancée par l’Italie pour l’application du dispositif aux navires sous
pavillon italien.

- Lancement de la 1re étape de la création d’une zone « basses émissions des navires en Méditerranée ». L’étude réalisée par l’INERIS avec différents partenaires scientifiques est le préalable nécessaire à l’instauration d’une telle zone en Méditerranée, notamment dans le but de réduire la teneur en soufre des combustibles marins à 0,1% contre 0,5% en 2020, objectif fixé par l’OMI.

- Soutien à la création en France d’un Institut de l’Université des Nations Unies "Science et gouvernance de l’océan et des littoraux". Le projet est porté par l’Université de Bretagne Occidentale. L’Université des Nations Unies (UNU), structure
académique portée par l’Assemblée Générale des Nations Unies et l’UNESCO, a pour missions de développer des actions de recherche et des programmes de formation dans les domaines d’intérêt pour les Nations Unies, ses agences et les Etats. Créée en 1976 à l’initiative du Japon, des Etats-Unis et de la France, l’UNU est composée d’un réseau de 13 instituts de recherche et programmes thématiques répartis dans 12 pays ;

- Moratoire sur la recherche d’hydrocarbures en Méditerranée, étendu à la façade atlantique de la métropole dans la stratégie nationale pour la mer et le littoral.

*à l’invitation du Prince Albert de Monaco et avec notamment MM. Karmenu Vella, commissaire européen à l’environnement et Gian Luca Galletti, ministre
italien de l’environnement.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message