5 ans de Métropole : un bilan positif mais sans ombres ?

Au cours d'une conférence de presse aux saveurs de message politique, Christian Estrosi a présenté le bilan des premiers 5 ans de vie et activité de la Métropole qu'il avait fortement voulu en son temps et dont il peut revendiquer la paternité, au moins putative. Cette nouvelle institution locale, la première (en ordre chronologique) en France, fut le fruit d'une vision d'avenir d'un territoire (comme il se plaît de rappeler son Président) ou un moyen pour asseoir son autorité sur celle qui, à l'époque, était (pour une bonne partie) sa circonscription électorale ? Chacun restera avec son doute, si doute il y a. De plus, il y 5 ans, la "pax politica" était encore en vigueur dans le département, l'alliance entre le maire de Nice et le président du département encore solide, les ambitions de l'un et de l'autre n'avaient pas une trajectoire qui porte au conflit. Aujourd'hui on en est à compter les présences (hier matin ils étaient 21 maires à avoir répondu à l'appel) à la manifestation de l'un ou de l'autre, à justifier les absences pour éviter les soupçons de changement de camp, d'essayer de comprendre le choix de ceux qui sont toujours sur la photo, quelle qu'elle soit la circonstance. Bref, on présente un bilan mais ça sert plutôt pour faire de la parade et présenter ses troupes comme on fait défiler ses forces armées et équipements pour impressionner l'adversaire. Du soft power, en attendant de mettre les gants de boxe.

De cette longue séquence à plusieurs voix pour montrer qu’on joue collectif (mais le patron est un seul) on retiendra les 5 points présenté ayant le but de démontrer que la "Métropole est une réussite"- dixit avec orgueil Christian Estrosi, avant d’expliquer le pourquoi et illustrer les résultats obtenus.

1) C’est un modèle de solidarité

Plus de 1,8 milliard ont été investis sur les territoires, soit une de croissance de près de 75% depuis 2012.

Le versement d’une Dotation de Solidarité Métropolitaine de 10 M€ par an, pour les communes qui leur permet notamment de financer des projets de proximité ("sans pour autant s’en vanter à longueur de journée", un message subliminal (?) de Christian Estrosi à l’adresse de quelqu’un ?)

Et encore, l’entente intercommunale avec la Communauté de communes du Pays des Paillons et la Communauté d’Agglomération de la Riviera Française pour le traitement de leurs déchets par l’Unité de Valorisation Énergétique de l’Ariane.

2) La métropole a fait du développement économique une priorité absolue

Quelques chiffres significatifs :

•1,8 milliard d’investissements en 5 ans.
•750 millions investis dans les communes, hors réseau de transport.
•Forte progression de nos recettes fiscales :
- Contribution Foncière des Entreprises : +12%, soit +8,5 M€,
- Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises : +15%, soit 4,3 M€.

28 M€ ont notamment été injectés dans le Haut pays pour son développement touristique (stations du Mercantour notamment).

3) La commune, pierre angulaire du dispositif

La Métropole défend l’identité des communes qui est garantie par la Charte constitutive ainsi qu’elle n’ a aucune volonté de la métropole d’étendre ses compétences au-delà de ses compétences strictes.

En fait, au delà de cet exercice un peu répétitif d’ égalité "fictive" (comme l’écrivit George Orwell , " si nous sommes tous égaux, il y en a qui sont plus égaux des autres") , son action est le levier du développent économique , ce qui en fait le centre du pouvoir.

4) Une bonne gestion qui bénéficie à tous

"Je ne citerai que trois chiffres qui parlent d’eux même - dixit Christian Estrosi :

•0% de hausse d’impôts depuis 2008, pas de hausse de la TEOM
•Forte croissance des subventions reçues : 47 millions en 2012 / 100 millions en 2016.
•Dépenses de fonctionnement maîtrisées alors que les compétences exercées ont été étendues par le législateur.
•+75% d’investissements depuis 2012.

Dans l’après-midi, Patrick Allemand se chargea de rappeler l’endettement en forte progression...

5)Des services efficients et moins chers qu’ailleurs

"Trois exemples me viennent à l’esprit "- c’est toujours Christian Estrosi qui parle :

- Les transports : 1€ pour n’importe quel trajet sur le territoire de la Métropole et un réseau bientôt doté de 3 lignes de tramway dernière génération.
- La collecte et la propreté : un service irréprochable a été mis en place dans les 49 communes (tri sélectif, valorisation des déchets…) pour un taux de TEOM inchangé depuis 2005.
- L’eau : avec la création de la régie eau d’azur, des investissements considérables sont en cours pour une eau de qualité et un approvisionnement sécurisé. Plusieurs communes ont vu leur tarif diminuer.

Conclusion du Président : "Ensemble, Communes et Métropole avec le Département et la Région, qui nous apporte 50 millions d’euros au travers du Contrat Régional d’Equilibre Territorial, nous sommes plus forts pour mener à bien les projets qui sont nécessaires au développement harmonieux de ce territoire".

Nul peut contester l’avancement de l’organisation territoriale et ses retombées positives grâce à une mutualisation optimale des moyens possibles par un effet de taille et à l’acquisition des compétences de qualité, personne peut regretter l’abandon d’un esprit de clocher étriqué qui a animé et motivé pendant longtemps le "chacun pour soi".

L’heure est à l’ouverture et à la mise en commun : mais si on se doit d’apprécier les résultats, on peut pour autant affirmer que tout est beau ?

Dominique Boy-Mottard ( PRG) a commenté la présentation de Christian Estrosi : si elle reconnait des avancés, elle parle d’un bilan "excessivement positif " et rappelle les... oublis sur des nombreux points, tel les nombreuses insuffisances en matière de politique agricole et environnementale.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message