Affaire Vérola : Eric Ciotti passe au contre-attaque et vise directement Christian Estrosi

La "gueguerre" est en train de tourner à la ...guerre. Un épisode assez banal, le remplacement d'un adjoint par un autre pour une délégation qui n' a rien de stratégique dans la vie de la cité, est devenu la cause de déclenchement d'un conflit majeur. On peut comprendre l'amertume d'Auguste Vérola qui se sent moralement lésé par une décision qui le pénalise et dont il n'accepte pas la motivation. Cela dit , en faire une affaire d'état , ça paraît plutôt exagéré. On peut bien imaginer que les mariages continueront à être célébrés, même sans la présence du recordman de cette fonction ! Auguste Vérola est certainement une personne dévoué à sa tâche et humainement attachant. Il est fort probablement victime de la guerre entre les chefs qui commence à lasser les citoyens qui ne demandent qu'une bonne administration de la ville. Les paroles usées par Eric Ciotti dans sa réaction sont âpres et lacérantes ( voire ci-dessous). Et penser qu'il faudra passer encore trois ans dans cette atmosphère avant que les élections municipales diront qui doit être le "seigneur" de Nice et sa région.

J’exprime tout mon soutien et toute mon amitié à Auguste Vérola, un homme fidèle à sa famille politique et totalement dévoué à Nice.

À l’image de son père et de son grand-père qui ont servi Nice pendant des années et furent en charge de l’État civil depuis 1959, Auguste Vérola appartient à l’histoire de cette ville. Pour arpenter les rues avec lui régulièrement, l’attachement que les Niçois lui portent est fort et sincère. L’élu des « 6000 mariages », pleinement mobilisé dans sa tâche d’adjoint, a toujours œuvré pour Nice, sans esprit partisan ni polémique, et n’a jamais été dans les conflits.

Il a aidé de nombreuses familles dans les bons comme dans les mauvais moments. Beaucoup ont pu trouver chez lui une oreille attentive et des échanges chaleureux, alors que des circonstances malheureuses les réunissaient. Auguste Vérola, commerçant lui-même, est aussi un inlassable défenseur des commerçants, qui ont toujours trouvé en lui un allié pour combattre le développement anarchique des grandes surfaces en périphérique qui déstabilise le coeur de Nice.

Depuis de nombreuses années, Auguste Vérola faisait même partie des adjoints les plus populaires de la Ville de Nice ! Ces liens, personne ne peut les rompre. Aujourd’hui, dans ces moments humainement difficiles pour lui, je veux lui renouveler publiquement mon amitié et mon soutien indéfectible.

Je lui exprime d’autant plus mon amitié qu’il est tout simplement victime de la fidélité sans faille qu’il m’a témoignée. Oui, Auguste Vérola est victime d’une profonde injustice qui, je le sais, révolte beaucoup de Niçois qui ne peuvent comprendre que la fidélité soit sanctionnée alors que la trahison est promue.

Eric Ciotti, député de la 1re circonscription

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message