Bilan 2016 du Conseil Départemental : rigueur dans les choix financiers et dynamisme dans les réalisations.

Après avoir présenté la veille le bilan financier du Département et les grands axes de sa politique d’investissement, Eric Ciotti a obtenu par sa majorité l’approbation du compte administratif 2016.

Un résultat escompté compte ainsi que le vote contraire des oppositions au terme d’un débat qui permis de faire état " d’une gestion transparente et exigeante" couplée à des "politiques ambitieuses" avec la mise en évidence " de la capacité à agir à long terme, à réagit quand il le faut, et à préparer l’avenir".

Le tout, bien évidemment ( comment ne pas l’affirmer en pleine campagne électorale ?) " malgré un contexte national très dégradé où le Gouvernement fait reposer sur les collectivités locales des efforts financiers croissants"

Pour le futur, le président du département des Alpes-Maritimes continuera à respecter les 4 piliers fondamentaux du carré vertueux à l’origine de sa bonne gestion :

1- Le Département poursuivra sa stratégie de stabilisation des dépenses de fonctionnement.

2- Cette année encore et pour la 8e année consécutive, le Département n’augmentera pas la fiscalité locale.

3- Le Département poursuivra son désendettement, et réduira de plus de 9 % son endettement sur la période 2015-2017.

4- La priorité sera donnée à l’investissement pour les habitants des Alpes-Maritimes et le développement harmonieux du territoire.

Francis Tujague ( PFC/FdG) , dans son intervention a souligné dans son intervention ( avant d’annoncer le vote négatif de on groupe) " la marque des choix de la majorité départementale qui s’inscrivent dans la même logique de diminution de la dépense publique avec toutes les conséquences qui en résultent pour les habitants des Alpes-Maritimes, particulièrement les plus modestes".

Particulièrement visée , le dispositif anti-fraude RSA, un des fleurs à la boutonnière d’Eric Ciotti qui prétend avoir ainsi épargné 37,5 mio d’euros depuis sa mise en oeuvre depuis trois ans : " en s’appuyant sur des résultats délibérément surévalués par l’addition de dossiers non éligibles à des fraudes réelles , vous conduit à multiplier par 7 les résultats réels, alors que les comptes administratifs font apparaître une somme de 5.7 mio d’euros.

Elu, comme sa colistière madame Valérie Tomasini de la vallée de la Roya, il en a profité pour avancer des instances à faveur de ce territoire, en demandant particulièrement la constitution d’un syndicat mixte, "facteur d’équilibre pour le territoire", toujours aux prises avec les conditions de circulation des poids-lourds liée à l’ouverture du tunnel de Tende et à la modernisation de la voie ferrée Nice-Cuneo.

Quant à Marie-Louise Gourdon ( PS-DvG) , après une longue analyse des postes de bilan , elle est revenue à une considération finale négative : " le compte administratif est le reflet de votre politique. Nous comprenons les difficultés financières , mais votre choix de faire porter le responsabilités uniquement sur les autres alors que c’est la politique effrénée d’emprunt , dont 40 mio d’emprunts toxiques sont encore en caisse, qui bloque notre collectivité"*

L’atmosphère de l’hémicycle a perdu son style feutrée et les tons en demi-teinte lors de la présentation de la délibération dite de la "clause Molière". Suivant un parcours juridique, il s’agit pour Eric Ciotti de garantir aux travailleurs étrangers détachés en France par des entreprises étrangères ou embauchés par des entreprises françaises soit de connaître le français, soit d’être assistés par un traducteur pour pouvoir avoir connaissance des normes et réglementations qui, comme la loi le prévoit doivent être exprimées en langue française.

Dit comme ça, qui ne peut pas être d’accord ?

La vérité est toute autre. Même si la directive européenne sur la libre circulation de la main d’oeuvre nécessite impérieusement une révision substantielle ( ce que la Commission européenne est intentionnée à faire dans les prochains mois) pour éviter fraudes et exploitations de ces mêmes travailleurs, le but est de joueur aux apprentis sorciers et montrer les muscles en pleine période électorale.

D’ailleurs, la loi Macron 2015 met en oeuvre une carte d’identité du travailleur dans les BTP ( secteur prioritaire ).

En fait , cette norme ne servira à rien dans le réel : les sociétés s’organiseront avec la présence des traducteurs sur les chantiers, soit elles porteront ce dispositif devant la justice pour le faire annuler, sur la base du principe que la loi européenne prévaut toujours sur celle nationale. Soit encore, ils ne l’appliqueront que sur la carte, et en cas de contrôle, ils s’opposeront au procès-verbal de contestation par voie administrative.

En clair, ce n’est pas avec ce truquage en pointe de droit qu’on peut faire face à un problème réel et encore moins faire diminuer le chômage.

En fait, les statistiques ( officieuses) font état de près de 300000 travailleurs ayant le statut de "détaché. Par contre, il y aurait près de 200000 travailleurs de nationalité française détachés" dans les autres pays européens.

L’indisponibilité ou manque de personnel français pour remplacer les détachés ( qui acceptent souvent des travaux humbles et mal payés) sera également une barrière à cette sorte de remplacement "patriotique" ainsi que les coûts supplémentaires qui graveront sur les marchés publics parce qu’il ne faut pas se cacher qu’il y une zone grise dans ce genre d’attributions , que tout le monde connait et vers laquelle tout le monde fait l’autruche !

Résultat final : ce sera un coup d’épée dans l’eau, beaucoup de bruit pour rien.

Naturellement , Eric Ciotti connait cette réalité mieux que d’autres. Simplement, son objectif est de rejoindre d’autres collègues de son parti ayant la direction d’une collectivité locale qui ont déjà adopté cette délibération (imaginez-vous Monsieur Autorité en retard dans cet argumentaire ?) et faire preuve d’autoritarisme vis-à-vis d’un électorat "fascisant".

* à fin 2016, la dette en cours était de 847 mio/ euros, soit 782 euro/pc contre 503 euros/pc pour les départements équivalents.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message