Cédric Herrou condamné à 3000 euros d’amende avec sursis. Dure réaction d’Eric Ciotti

Le verdict du procès de l'agriculteur était rendu ce matin au palais de justice de Nice. Lui qui avait été accusé d'héberger des réfugiés chez lui, dans la vallée de la Roya.

C’est devant des dizaines de sympathisants que Cédric Herrou, accompagné de son avocat Zia Oloumi, a annoncé, ce matin, le verdict de son procès.

3000 euros d’amende avec sursis ont été prononcés contre lui pour avoir pris en charge des réfugiés sur le sol italien.

Son avocat s’est dit « satisfait du verdict, » d’autant qu’il a été relaxé d’autres faits qui lui étaient reprochés, comme l’installation de migrants dans un centre désaffecté de la SNCF, et l’aide au séjour et à la circulation d’immigrés en situation illégale.

Des chants : « liberté pour les réfugiés ! » retentissaient dans la foule, menée notamment par l’association Roya Citoyenne, présente depuis le début de l’affaire.

Les pancartes étaient de sortie : « Roya Citoyenne sauve l’honneur de la France, » ou encore « Pas de délits pour les aidants, des lits pour les migrants. »

Dans cette ambiance, Cédric Herrou a tenu à rassurer tout le monde à sa sortie, d’un air conquérant. « Je suis content que la justice ait fait son travail malgré une politique stygmatisante. Nous allons dès à présent continuer le combat, ce n’est pas une victoire. Monsieur le Préfet Leclerc, on est nombreux et on a la justice avec nous. »

Déterminé, il a assuré que l’affaire n’était pas terminée.

Riposte immédiate d’Eric Ciotti qui avait traité Cédric Herrou de "délinquant". Monsieur Autorité a refusé les accusations des militants : " Je ne peux laisser dire que les services du Département06 ne font pas leur boulot sur l’accueil des mineurs isolés. Le Département06 a la responsabilité de 213 mineurs étrangers. Nous les accueillons dans la dignité et le respect".

Avant de relancer : ’ Le ministre de l’Intérieur ne peut tolérer que M. Herrou, condamné ce matin, accuse les policiers de se livrer à une "course aux noirs".

Et de mettre un eu d’huile sur le feu : "Je demande à Monsieur Bruno LeRoux de déposer plainte immédiatement contre M. Herrou qui a diffamé gravement nos policiers sur Europe1".

Histoire d’alimenter une nouvelle polémique !

Par contre, le militant a reçu le soutien de Cécile Dumas (PCF) : "

N’en déplaise à M. Ciotti qui voudrait tellement jouer au « petit shérif », la justice a rendu son verdict en toute autonomie des pressions politiques de la droite réactionnaire de notre département.

Non, la solidarité envers un être humain n’est pas un délit et la justice l’a reconnu. Il resterait maintenant à abolir totalement le délit de solidarité pour que la loi soit encore plus claire.

Il est urgent de trouver des solutions durables à l’accueil de ces réfugiés qui sont maintenant reconnus en situation fragile par la justice et pourtant laissé à l’abandon par l’Etat et le Conseil Départemental".

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message