Christian Estrosi casse les équilibres au Conseil départemental avec la constitution de son groupe

Le défi de l'OK Corral ( western populaire des années '60) entre Christian Estrosi et Eric Ciotti connait un nouvel épisode : la formation d'un groupe autonome à l'intérieur de la majorité départementale, dénommé " Alpes-maritimes Ensemble", extension extra-municipale de Nice Ensemble qui gouverne la Mairie de Nice. En clair, il s'agit des amis de Christian Estrosi, qui veut être son fer de lance dans le domaine (jusque là réservé) d'Eric Ciotti. Un coup d'échec en réponse à l'action offensive de ce dernier, de plus en plus présent à toutes les inaugurations et manifestations niçoises, territoire dont il est député ( "le seul député de la droite à Nice"- revendique-t-il avec malice ). Le torchon brûle entre les deux et à la différenciation de la ligne politique (droite idéologique pour le députe niçois, pragmatisme post-idéologique pour le maire de Nice), est venue s'ajouter une question entre personnes. Malheureusement, le défi ne fait que commencer et a des polémiques comme celle de la semaine dernière (MIN) ou un de ces jours (Hôpital Saint-Roch), on sera appelé à assister à bien d'autres.

En ce qui concerne, le nouveau groupe départemental, qui sera présidé par le maire de Saint-Laurent Joseph Ségura, (d’après les premières information), serait composé de 17 élus (la majorité actuelle est de 50). On y retrouve la quasi totalité des conseillers municipaux niçois (hormis Auguste Verola, Bernard Asso et Philippe Rossini ... futurs membres d’un groupe autonome au conseil municipal de Nice ?), ainsi que le maire de Carros Charles Scibetta, le représentant de Cagnes et quelques autres fidèles de Christian Estrosi.

Il y a à parier que d’autres conseillers sont dans l’attente de mieux comprendre dans quelle direction soufflera le vent, avant de se positionner.

En tout cas, le temps du "paso doble", quand on pouvait se déclarer amis de l’un et l’autre, va vers sa fin.

Joseph Segura a annoncé la couleur : " nous voterons les délibérations dans l’intérêt général. Nous n’accepterons pas une politique d’exclusion".

L’opposition (constructive, of course) est née. De quoi donner des couleurs aux quatre sympathiques mais inaudibles opposants de trois gauches différentes ( communiste, socialiste, écologiste).

Pour le nouveau président départemental Charles-Ange Ginesy, le chemin va être escarpé : après avoir déclaré son adhésion et continuité avec les choix et l’action de son prédécesseur Eric Ciotti, et affirmé amitié, respect et collaboration pour Christian Estrosi, ne risque-t-il pas de se mettre en porte faux avec tous les deux pour ce choix de neutralité ?

En tout cas l’omelette se fait avec les oeufs et, tôt ou tard, il faudra les casser si on ne vaut pas paralyser le fonctionnement des institutions. Le danger est bien là.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message