La "vélorution" pour mieux circuler et mieux respirer

Le bilan, qui s’est aggravé ces derniers jours, est dramatique. 46 personnes ont perdu la vie sur les routes du département depuis janvier. Les pilotes de deux-roues sont les principales victimes. Cette situation n'st-elle pas suffisante pour repenser au système de mobilité et relancer la mobilité douce avec une utilisation massive du vélo , compte tenu des distance parcourues qui ne dépassent que quelques kilomètres ( la moyenne en Europe est de 7,5). C'est ce qui préconisent, Xavier Garcia et Laurent Lanquar-Castel, dirigeants politiques en veste de "vélos-taffeurs", en faisant référence au Plan Vélo du Gouvernement qui s'inscrit dans une volonté de soutenir le développement de l'usage du vélo dans les territoires. Ils appellent les communes à saisir cette Appel à Projets " Vélo et territoires" pour faire des Alpes-Maritimes un territoire exemplaire où il sera possible " de mieux circuler et mieux respirer".

Les deux experts partent d’un constat : alors que la majorité des déplacements ne dépassent pas les 5 km, 2% seulement ont effectués en bicyclette ( moyenne nationale 3%, Pays-Bas 17% !).

Pourtant plusieurs villes du littoral ( Nice en tête, Cagnes-sur-Mer, Antibes, Cannes, Menton) ont crées des pistes cyclables et mis sur pied un système de vélos "bleus".

Oui, répondent Xavier Garcia et Laurent Lanquar-Castel, mais "elles sont destinées aaux touristes et aux cyclistes du dimanche".

Pour eux , il faut autre chose : " la première action à mettre en place est une hiérarchisation des voies. D’une part, des axes structurants qui doivent bénéficier dune véritable piste cyclable séparée à double-sens et s’ils sont en sens unique, une piste cyclable en sens inverse. Les autres voies doivent être des voies résidentielles de proximité et limitées à 30 km/h où la circulation à contre-sens est possible".

Autre point majeur est le maillage des station et la gestion du flux qui doit permettre de créer un équilibre entre la demande et l’offre et éviter les pics.

Un nouvel axe est représenté des vélos électriques , surtout en présence d’un topographie collinaire, aujourd’hui encore pénalisés par le prix et par les problèmes de vol pour lesquels il faudra envisager des mesures de prévention : marquage, matériel de protection adéquat, zones à privilégier pour se garer ...).

Les idées et les propositions ne manquent pas pour rendre effectif un changement de cap. Bref, tout peut se faire, il suffit de le vouloir.

Restent deux écueils majeurs : la volonté et détermination des élus locaux ( tous en soutien des automobilistes contre la décision du Préfet de réduire à 80 km/h la vitesse sur un tronçon de 4 km de l’A8 !!!) et le changement de mentalité qui demande de l’information et une nouvelle éducation.

C’est la "vélorution" qui proposent Xavier Garcia et Laurent Lanquar-Castel.

Le décalogue de la vélorution maralpine

1 compléter l’Euro Vélo Route 8 de Cannes à Vintimille et dans la Roya

2 implanter des pistes cyclables séparées dans les axes structurants

3 créer des zone 30 km pacifiées dans les rues résidentielles, avec contre-sens
cyclables

4 dispoer des stationnement sécurisés gratuits dans toutes les gares TER et zones multimodales pour les abonnés TER et des réseaux de transport public

5 proposer des vélos en libre-service interopérables dans les zones urbaines littorales

6 ouvrir des vélostations dans les communes du moyen et haut pays

7 soutenir le commerce vélo-friendly pour redynamiser les centres-villes

8 offrir des services pour les usgers en soutenant les associations locales

9 proposer la gratuité des parkings publics dans un espace sécurisé pour les vélos électriques

10 équiper en portes-vélos les bus desservant les territoires collinaires

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message