Le play Azur c’est terminé

Le Play Azur festival a fermé ses portes hier soir sur les coups de 19 h. Une seconde édition riche en couleurs et en cosplays. De Star Wars, en passant par le moyen âge, les cosplays, mangas ou autres tout était bon pour attirer les clients attirer les clients.

6000 personnes étaient attendues tout au long du week-end pour le second Play Azur Festival.
Ce que l’on peut dire, c’est que les attentes sont de loin dépassées.
Dés 9 h, ce samedi matin, nombreux étaient les festivaliers à se presser devant les portes du palais de l’Acropolis.

Une queue d’attente qui n’a pas cessé de s’étendre, tout au long de la journée, tant l’engouement semblait fort.

La part belle du festival revenait en grande partie à Star Wars et ses démonstrations d’épées laser.
On pouvait d’ailleurs croiser de nombreux cosplayeur empruntant les rôles des personnages de la saga.

Mais Star Wars ne fut pas le seul stand à retenir du monde à son stand. Nombreux étaient les fans à vouloir s’essayer aux arts de la chevalerie ou à la maîtrise des arcs et des flèches.
Le stand ne désemplissant pas du début à la fin de la journée.

Pour ceux qui n’aimaient n’y combattre ni Star Wars, le festival offrait d’autres attractions. Les jeux vidéo étaient les plus demandés par les nombreux geeks présents.

Entre tekken, FIFA ou les jeux de voitures, les geeks en avaient pour leur argent.

A l’étage le constat est bien différent

Avec deux étages, le tour du festival était vite bouclé. Alors que le PAF réfléchit à une troisième édition, il se pourrait bien qu’elle soit celle de trop.

Crédits Photos : J.L

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Jeune étudiant de 26 ans, le 9 février prochain, actuellement en 3e année de journalisme à l’école de Journalisme de Nice. J’apprends l’un des plus beaux métiers du monde. Un métier dans lequel, chaque jour est différent. Le journalisme n’est pas pour tout le monde. Il faut pouvoir gérer les heures de bouclages, la pression et le stress à longueur de journée. Autant dire, avoir un cœur accroché. Mais quand on aime ce que l’on fait, on le fait bien.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message