Législatives (3è circonscription) : Philippe Vardon (FN) au pas de charge contre "le député inutile" Rudy Salles

Une chose est certaine : la compétition pour être le député de la 3è circonscription ne sera pas pour le futur vainqueur une promenade de santé ! L'entrée en jeu fracassante du candidat du Front National Philippe Vardon l'a montré d'emblée : le sortant Rudy Salles, en poste depuis 1988 !, est qualifié de " député inutile" sauf "pour employer une partie de sa famille" ! Le conseiller régional balaye les accusations de Pierre-Paul Leonelli, président des groupes de la majorité de droite au Conseil municipal de Nice et au Conseil régional , parues dans la presse locale qu'ils le définissent "un parachuté dans la 3è circonscription " . Elles n'ont pas été du goût de l'ancien chef des identitaires niçois , qui a répondu pour les rimes : "Pierre-Paul Leonelli n'est autre que le porte-flingue de Christian Estrosi. Moi j'ai toute la légitimité pour cette candidature , je connais bien cette circonscription et j'ai des attaches personnelles et j'y ai même vécu".

Alors qu’on l’attendait candidat dans la 1re circonscription , le voilà se présenter dans la 3è. Y a-t-il un choix stratégique derrière cette décision ?

L’intéressé refuse l’option d’avoir voulu éviter l’affrontement avec Eric Ciotti : " qui me connaît sait que ce n’est pas mon genre de m’enfuir, bien au contraire. J’aimerai biens débattre avec Eric Ciotti , d’ailleurs s’il veut prendre la place de Rudy Salles, j’en serai ravi !" et encore plus l’option suivante qui voudrait attribuer un traitement complaisant du FN au regard d’un candidat dont les idées souvent frôlent avec celles du parti de Marine Le Pen.

Pour revenir à son futur "combat" contre Rudy Salles, les autres concurrents n’ayant même pas été pris en compte ..., Philippe Vardon entend envoyer aux électeurs un message fort : il sera le candidat d’une opposition sans concessions face à "30 ans d’opportunisme, de clientélisme et d’immobilisme".

"Finalement le choix est simple- dit-il avec sa fougue habituelle- il est entre l’opposition patriote et le projet "post-national" de Emmanuel Macron auquel Rudy Salles a déjà dit qu’il saisira la main tendue".

L’objectif de Philippe Vardon est de pouvoir débattre avec Rudy Salles auquel il entend demander des "comptes" de son activité parlementaire : le "bon débarras" avec lequel le centriste a salué ironiquement le retrait ( au moins , temporaire) de la politique de Marion Le Pen lui est resté de travers dans la gorge !

On attend avec impatience ces débats, encore mieux de façon directe, qui mettront du piment dans les joutes verbales entre les deux favoris.

Nul dote qu’ils ne manqueront pas d’intéresser, voir passionner les électeurs.

Dans sa campagne électorale, Philippe Vardon sera secondé par :

suppléant : Philippe Scemana

directeur de campagne : Jean Moucheboeuf

présidente du comité de soutien : Odile Tixier de Gubernatis

responsable de " les jeunes avec Vardon : Bryan Masson

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message