Nice, priorité à la proximité ! Acte 2

Mercredi s’est tenu au sein de la Mairie de Nice, la restitution de l’enquête de proximité. Trois milles foyers niçois ont prononcés leur avis, répondant à 100 questions. Christian Estrosi a révélé les attentes et ses réponses données.

« On peut réaliser les plus projets qu’ils soient (…) même si dans ce cadre de vie, on ne met pas de dimension humaine, la cohésion sociale, la proximité pour des petites réponses au quotidien, (…) ; et bien il y a moment, on se dit pourquoi avoir un si beau cadre de vie mais pas avoir les services qui vont avec. Nous avons fait le choix (…) de mettre le paquet sur la proximité », s’est exprimé Christian Estrosi.

Sur ce "paquet", quatre points en ressortent :

- Une nouvelle et meilleure organisation des territoires.

« Si les mairies annexes sont bien identifiées par 80,8 % des sondés, les conseils de quartier fonctionnent mal et seuls 39,3% des personnes interrogés connaissent le territoire auquel est rattaché leur quartier », souligne le maire de Nice. Pour cela, il propose de remplacer les comités de quartier par des Conseils de territoire. Juste un nom qui change ? Non. Il explique que ces derniers se réuniront une fois par an, seront ouverts à tous et présidés par l’adjoint de territoire. Une conférence annuelle qui a pour but « d’établir un bilan des actions, de définir les orientations et les priorités pour l’année à venir ».
Ainsi, un budget participatif annuel de 100 000 euros par territoire est annoncé, soit 900 000 euros par an, c’est à dire d’ici 2020, 2,7 millions en plus pour les quartiers. La répartition de cette somme sera décidée en Conseil de territoire, selon les priorités des citoyens.

- La première priorité : la lutte contre les incivilités.

Avec 32% des sondés estimant que la lutte contre les incivilités doivent être une priorité, Christan Estrosi en fait une primauté. Il rappelle, avec pour exemple les tags, que beaucoup a été fait dans ce domaine. Il compte « intensifier notre combat » en passant par une sensibilisation des concitoyens et à l’école. Deux campagnes de communication seront créées, dont il en révèle la première. La brigade de lutte contre les incivilités va être également renforcée.
Par ailleurs, le maire de la ville insiste sur la lutte contre le bruit. Il rappelle qu’en 2016, le ministère de l’Environnement a décerné à la ville le « Décibel d’argent » pour ses efforts. Il veut ainsi poursuivre cette réussite en mettant en place un nouvel arrêté municipal anti-bruit. Ce dernier s’occupera d’intégrer « comportements gênants et proposer de nouveaux outils collaboratifs de prévention (…), notamment pour les établissements de nuit avec capteurs sonores qui les alertent lorsque le niveau d’émergence est trop important ».

- Sécurité : 13 % des sondés demande plus de surveillance policière.

«  Vous savez à quel point la sécurité est ma préoccupation constante depuis toujours  », commence Christian Estrosi. Il rappelle combien il insiste auprès de l’Etat pour que la police municipale puise avoir plus de pouvoir en contrôlant les identités et en donnant la possibilités aux agents de sécurité de la voie publique d’être armés. Relevant de la décision de l’Etat pour ces questions, il s’était engagé à une présence plus accrue des policiers sur le terrain. Résultat : + 300 % de présence à l’instant T sur le territoire. Cent trente policiers ont été embauchés.
Pour ce qui est des engagements, Christian Estrosi a demandé au nouveau directeur de la police municipale à « réorienter les missions des agents vers les préoccupations majeures des Niçois ». En clair, sécuriser les écoles, avec 142 effectifs mobilisés matin et soir. La présence des agents seront renforcés dans les parcs et jardins mais aussi dans les transports en commun.

- La circulation et le stationnement.

La mesure première : la création d’un groupe de travail permanent dans chaque territoire, dédié au stationnement et à la circulation. Il aura trois grandes missions. La première, identifier des poches de stationnement dans les quartiers, travailler sur de nouveaux secteurs de stationnement payant... Cibler des secteurs pour démarrer la mise en place de nouvelles bornes d’arrêt-minutes. Enfin, il devra sécuriser et améliorer le réseau de pistes cyclables, qu’il rappelle contribue à l’apaisement urbain et bon pour la planète.

Un groupe de travail sera spécifique sur Magnan et le boulevard de la Madeleine, zones à fort problèmes d’embouteillages et de stationnement en double-file. Ainsi, la ville a fait l’acquisition de sabots pour immobiliser le véhicule en infraction et déclencher l’enlèvement par la fourrière. Outre, il met en place 40 agents en 2 roues pour contrôler les points noirs de circulation.

Christian Estrosi entouré de son adjoint délégué à la proximité et de ses adjoints de Territoire. Crédit photo : DR

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message