Rapport de la Cour des Comptes sur le Stade Allianz Riviera : des points d’interrogations sans réponse

S'il est vrai que l'opposition s'accroche comme elle peut pour mettre en porte-faux le Maire de Nice, la transparence ne devrait pas être une option mais une obligation dans l'exercice d'une fonction élective. Il n'y a pas d'obligation d' inscrire sa demande à l'ordre du jour du Conseil municipal, a répondu l'administration municipale à Patrick Allemand qui a soulevé le problème des remarques du rapport de la Cour Régionale des Comptes sur le dossier du stade. Règlement à la main c' est certainement comme ça.. Mais, même sans débat public, le problème reste. En fait, ce ne serait pas mieux répondre aux points d'interrogations plutôt que de se protéger derrière le règlement ? D'autant plus que, on le faisant pas, , on donne l'impression d'avoir quelque chose à cacher.

A la suite de la demande du groupe "Un Autre Avenir pour Nice" en date du 27 octobre 2017, je ne peux que regretter le refus du maire de Nice d’inscrire à l’ordre du jour du dernier Conseil municipal une discussion sur le rapport de la Cour des Comptes concernant les stades de l’Euro 2016.

S’appuyant sur le fait qu’il n’y a aucune obligation légale de communication à l’exécutif d’une commune, le maire a pu se permettre de ne pas répondre à des questions importantes soulevées par la Cour des Comptes et qui intéressent les Niçois :

- Y a-t-il véritablement un danger de voir l’Europe réclamer le remboursement de sa subvention ?

- Y a t-il un danger identique concernant l’Etat ?

- Quelle va être la position du maire de Nice face à la Cour des Comptes qui considère que le niveau de la redevance annuelle, payée par l’OGC Nice, qui est le club utilisateur de l’Allianz Riviera, est tellement bas qu’elle peut s’apparenter à une subvention déguisée ?

Patrick ALLEMAND, Conseiller municipal de Nice, Conseiller métropolitain Nice Côte d’Azur

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message