A Nice, la criminalité routière n’est pas prise au sérieux. A qui la faute ?

Premier billet d'humeur que j'initie sur un sujet qui nous touche toutes et tous. Un billet d'humeur pour tenter de faire passer la pilule amère d'un fait qui n'a rien de divers pour les parents et amis d'une petite fille qui se bat entre la vie et la mort à cause d'un moment d'inattention.

L’accident n’a rien d’une fatalité en ville où la prudence est de mise à chaque instant.

Que nous soyons simple piéton ou engagé dans la circulation routière, tous sommes confrontés à la goujaterie Niçoise dès la sortie de notre domicile.

Comment peut-on encore dans la cinquième ville de France attenter à la vie d’autrui lorsque l’on est au volant de son véhicule ?
Comment le peut-on surtout lorsque l’on est « chauffeur » de métier ?
La grande question du jour sera surtout "POURQUOI" ?
Quel est l’enjeu des débordements absurdes que tout un chacun peut constater à chaque coin de rue ?
Que cherche-t-on lorsque l’on ne prend pas le temps de faire les vérifications d’usage ?

Que ressent aujourd’hui le chauffeur de bus qui jeudi dernier a renversé une enfant de 11 ans la laissant inerte au sol ?
Est-ce que comme les parents de ce petit ange, sa vie est plongée dans la torpeur ?
Peut-il encore se regarder en face ? Aura-t-il le même discours qu’avant ? Aura-t-il fallu qu’il soit l’acteur indésirable dans la vie d’une fillette pour réaliser que le véhicule qu’il conduisait n’était qu’un moyen de transport ? Le jeu en valait-il la chandelle ?

Il pourrait dire que ses conditions de travail sont pénibles, les miennes aussi, « la belle affaire ».
Qu’il avait une terrible gastro. Il pourrait dire qu’il regrette que ça ne changerait rien.

Cette enfant est toujours allongée sous un drap, perfusée, alors qu’elle devrait être en train de faire le pitre pour faire rire ses parents ainsi que tous ceux qui l’aiment, elle devrait sauter dans les vagues comme les autres le font depuis.
Au lieu de cela, tous prient pour qu’elle s’en sorte et je prie avec eux 60 fois par minute. Je prie aussi pour que tout cela s’arrête enfin et que la criminalité routière cesse.

Trop de chauffards sont à Nice et ce n’est pas un scoop.

Il n’est pas rare de voir des adeptes de Prost sur la promenade des Anglais, des slalomeurs fous sur la voix rapide malgré la ligne blanche continue. Il n’est pas exceptionnel d’entendre rugir les moteurs sur la pénétrante. Je n’aborderai même pas l’utilisation optionnelle des rétroviseurs et des feux de changements de directions appelés communément clignotants !!!
Il est institutionnel à Nice tout particulièrement de griller les feux orange et rouge, et de tenter d’écraser les piétons, la preuve !!!
J’apprends qu’un homme que je connaissais s’est tué en scooter juste le lendemain alors Adieu Alain et quoi ?!!! C’est tout ? On arrête là ? On tourne la page comme si c’était normal ?

Si ni les embouteillages, ni les changements incessants du sens de la circulation n’ont pas appris à la population Niçoise à lever le pied avec philosophie, REPRESSION et tolérance "zéro".
Protégez nos enfants des cinglés qui circulent en toute sécurité.

Et puis à la justice de punir sévèrement les chauffards. Tuer au volant ne coûte pas plus que 7 ans de prison mais où va-t-on ? Dans quels sombres abîmes sommes nous véhiculés ?

Qu’importent les circonstances de l’accident de jeudi,
- 1/ on doit toujours rester maître de son véhicule

- 2/ un piéton engagé EST un piéton prioritaire

- 3/ y’a pas de « mais » qui tiennent

La violence est assez présente des infos, aux jeux vidéo. L’horreur de l’incivisme nous entoure des grandes surfaces aux restaurants alors STOP.

En voiture il faut lever le pied, respecter ceux qui ne sont pas protégés par une carrosserie, laisser un mètre aux motards lorsqu’ils sont derrière ou face à nous et arrêter de prendre son volant pour un faire valoir ou un attribut.

Un homme ne sera pas plus viril parce qu’il fera une queue de poisson. Une femme ne dominera rien de rien si elle part la première de la ligne du feu rouge.
On se maquille avant de partir. On parle avec un kit main libre. On oublie l’alcool. Bref on prend ses précautions. On est adulte au volant et on protège les autres sinon à la trappe.

L’enjeu de tout cela est la VIE. Cette même vie que l’on protège pendant 9 mois au creux de ses entrailles. Cette même vie que l’on fête à chaque anniversaire.
Cette vie que l’on console en cas de chagrin et qu’on l’on célèbre sous un sapin.

Toujours dans le coma depuis et pas de nouvelles avant des jours !!!

La polémique mérite tout de même quelques lignes parce qu’il y en a RAS LE BOL des dangers publics sur les routes.

Les autobus sont-ils dangereux à Nice ?
Le sont-ils plus qu’ailleurs en France ?
Sont-ils excédés par les travaux ?
Le tramway sera-t-il plus sécurisé ?
Les chauffeurs ne sont que des êtres humains alors quelles sont leurs conditions de travail ?
Ne faudrait-il pas mettre plus de zones 30 ?

Rien de ce que l’on pourra dire ou faire ne changera le respect que l’on se doit d’avoir lorsque l’on a l’avantage sur autrui.

Parfois le piéton est con mais partout il doit être ROI.

De Digne à Monaco, le simple fait de se trouver en bordure de trottoir arrête instantanément la voiture qui s’avance vers le passage protégé, PROTEGE
Il n’y a vraiment qu’à Nice que la goujaterie au volant est une institution alors MESSIEURS prenez vos responsabilités et sévissez parce qu’il est inadmissible que ce genre « d’accident » puisse arriver.
Toute l’équipe de Nice Première se joint à moi pour prier à la survie de cette petite fille, pour soutenir cette famille et toutes les autres qui sont victimes des impunis de ceux qui devraient être en nombre pour faire respecter les lois fondamentale de la protection urbaine.

A bon entendeur salut.

Exit les règles du journalisme auxquelles je tente de me conformer tant bien que mal. Alors attention aux turbulences du moment. Le JE sera de rigueur car JE porte l’entière maternité des mots que j’appose et JE les revendique.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message