Campagne élecorale des Les républicain : Laurent Wauquiez, le grillon qui fait cri-cri

A Mandelieu le 25 octobre dernier pour le lancement de sa campagne électorale, Laurent Wauquiez s'était porté comme le héraut de la "France des villages" contre, on l'imagine, celle qui s'identifie dans la mondialisation. Hier, dans une interview parue dans le JDD, il a tiré des boulets contre le président de l République. En futur chef de la droite identitaire qu'il veut incarner, il accuse le locataire de l'Elysée de ne pas avoir "un amour charnel pour la France" , de ne pas avoir " de projet pour la France " et d'être "hanté par une haine pour la province". Puis, assumant, le rôle du psychologue , il vient à une analyse pointue "Ce qui me frappe chez lui, c’est le désert de l’âme. Il n’est porté que par un seul projet : lui-même", avant de se laisser aller à d'autres facéties.

C’est un portait du chef de l’État violent et sans concession que livre le favori à la présidence des Républicains . Une attaque sur la forme et sur le fond en règle de sa part dont on se demande la raison et l’utilité.

On aurait pensé que , après la déroute du printemps dernier, le débat pour l’élection à la présidence du parti aurait permis une analyse sociologique plus pointue et la mise en place d’une ligne politique plus appropriée.

Pour l’instant, on est servi en slogan sans beaucoup de sens et insultes gratuits à l’adversaire.

Il est vrai que quand on veut siphonner l’électorat au FN on doit jouer la fibre patriotique anti-élite et pour récupérer le support supremaciste blanc de Sens Commun faire appel aux valeurs sociétaux bigots.

En synthèse, le confusionnisme démiurgique de Laurent Wauquiez le fait rassembler à un grillon sans voix qui émet des sons mais pas des concepts.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message