Christian Estrosi à la rencontre des chasseurs de la région

2017, une bonne année pour les chasseurs en PACA ? C’est ce qu’a clairement laissé entendre Christian Estrosi lors de sa rencontre en ce début d’année.

Le président de la Région est arrivé au siège de la fédération des chasseurs des Alpes-Maritimes avec les valises pleines de bonnes nouvelles pour les pratiquants de sa juridiction. Volontaire dans sa démarche, il était accompagné pour l’occasion de Marine Brenier, député originaire de la Tinée et Monique Manfredi sa secrétaire personnelle, originaire de la Vésubie, deux vallées portées sur la chasse. Bien évidemment, Philippe Pradal le maire de Nice, Bénédicte Martin et Loïc Dombreval, présidents des commissions intéressées au sein de la région étaient aussi mis à l’honneur.

Le loup toujours d’actualité

Christian Estrosi a souhaité réunir les chasseurs pour leur faire part des avancées possibles et concrètes à l’aube de 2017. Le loup est un sujet occupant. Préoccupant même. Le souhait est simple, sécuriser et rassurer les acteurs locaux. Des négociations pour obtenir un arrêté dérogatoire national vont être entamées. Il s’agît de modifier au mieux la convention de Berne sur la régulation du loup en fonction des exigences locales. Une avancée dans l’encadrement du loup concerne la vision nocturne avec des caméras thermiques. Des outils mis à disposition des gardes mais aussi des éleveurs grâce aux drones.

Un budget planifié sur cinq ans

Place au concret. Fier de ce qu’il va annoncer, Christian Estrosi prend son temps. Puis l’annonce tombe. 2,5 millions d’euros débloqués, soit 500 000 euros annuels. Pourquoi faire ? Trois axes majeurs sont avancés.

Dans un esprit de cohabitation, l’enveloppe servira à la préservation des espèces, l’entretien des milieux ouverts, l’investissement pour les maisons de chasse et de nature. Afin d’améliorer la sécurité du territoire et le partage des espaces, la région s’engage à co-financer les centres d’examens et de tir. Elle compte aussi favoriser les partenariats avec les associations sportives et offices nationales de plein air. Dans des temps difficiles, le président de la Région espère aussi voir les associations de chasseurs collaborer avec les banques alimentaires. Enfin, la question du grand gibier (en particulier le sanglier) est abordée et une partie des fonds ira à l’investissement dans des locaux adaptés à la construction d’abris du matériel de protection.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message