Election départementale : ça chauffe chez Les Républicains

Dimanche prochains les adhérents de LR éliront le président départemental de leur parti. Une élection sans enjeu dans les Alpes-Maritimes du fait qu'il y aura un seul candidat, le député Eric Ciotti, le président sortant Christian Estrosi ayant renoncé à se représenter. On sait que les deux hommes politiques, jadis très proches, ont séparé leurs chemins et avec le temps leur rivalité s'est transformé en ostracisme de l'un envers l'autre. Le candidat unique avait appelé à saisir de cette élection pour une clarification - "J'ai proposé un débat à Christian Estrosi. Il a refusé. Ce débat, je le souhaite et je l'attends avec sérénité". D'après le communiqué de Marine Brenier, elle même députée et fidèle de Christian Estrosi , on est passé à carrément la censure en la privant de parole lors d'une réunion électorale à Castagniers . L'intéressé , d'après le quotidien local, s'en défend et a déclaré qu'il ne "répondait pas aux petites provocations grotesques" - Eric Ciotti, tenant de la ligne "dure", a toujours prôné l'autorité. En tout cas, il ne devrait pas la confondre avec l'autoritarisme parce que , de "isme" en "isme , on risque de finir mal. En tout cas, ça promet bien pour le futur de ce parti !

Ce dimanche , les militants de la 5e circonscription des Alpes-Maritimes étaient invités à une réunion publique organisée par le candidat unique à la présidence de la Fédération Les Républicains des Alpes-Maritimes.

Alors qu’il prétend prôner le rassemblement, Eric CIOTTI n’a pas accepté que je prenne la parole ! Pour la première fois, dans ma circonscription et dans ma famille politique, je suis censurée alors même que je venais pour délivrer un discours de rassemblement et d’apaisement.

Que marque ce refus si ce n’est le double jeu d’Eric CIOTTI ? Avant même que le candidat unique ne soit élu, il refuse toute discussion, il interdit le débat et le dialogue. On peut légitimement craindre que de telles attitudes ne plongent davantage notre famille politique dans une spirale de l’échec. Je ne peux donc que regretter et condamner fermement cet aveuglement idéologique qui n’est pas digne de notre parti et de son histoire.

Je regarde avec envie certaines fédérations Les Républicains dans lesquelles des débats ont été initiés afin que les militants puissent choisir le candidat qui leur ressemble.Les Alpes-Maritimes auraient pu, fort de leur nombre d’adhérents, être exemplaires dans cet exercice démocratique.

Il n’en est rien…

Marine Brenier, députée de la 5è circonscription des Alpes-Martitimes

Le discours est sur son site internet.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message