Estrosi>Ciotti : La rupture est actée !

"Parade" ( avant-hier) de Christian Estrosi avec la constitution d'un groupe autonome au Conseil Départemental, "riposte" (hier) du duo Ciotti-Ginesy ( qui a choisi son camp) qui l'accuse de "divisionnisme" ( c'est le terme utilisé au Comité centrale du PCUS pour motiver la mise en accusation) : "Nous déplorons vivement cette initiative qui une fois de plus vise à déstabiliser notre famille politique et la majorité départementale".

Le refrain est toujours celui qui affectionne Eric Ciotti : hors de la ligne officielle du parti, pas de salut. Alors, quoi de mieux de placer Christian Estrosi et les siens dans le sillage de la majorité présidentielle, en prétendant qu’ils seraient de ralliés à En Marche ?

C’est facilement dit : "Ce groupe tourne ainsi le dos au mandat que nous ont majoritairement confié les électeurs des Alpes-Maritimes".

Pour ces réfractaires, le couperet est tombé : "Naturellement aucune fonction exécutive ou délégation ne pourra leur être attribuée".

Le "duo" n’entend pas en rester là : "Nous demandons par ailleurs, une réunion d’urgence du comité départemental des Républicains, pour clarifier la situation de nos collègues élus départementaux et de ceux qui les inspirent".

Seulement que le président départemental est un certain Christian Estrosi .... Il donnera suite ?

Cette situation a réveillé l’attention de Patrick Allemand qui parle " d’un événement politique majeur".

Après cette révélation, il veut montrer que "nous ( pluralis majestatis ou Parti Socialiste au sein duquel n’a plus aucune fonction officielle ? ) avons une vision et des propositions".

"S’inscrire dans le débat", c’est bien, mais qui et comment vu que le PS et le groupe municipale et métropolitain sont réduit a minima ?

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message