Forte affluence à la soirée de marketing politico-électorale des Amis du Maire de Nice

Un Christian Estrosi détendu et en verve a salué ses nombreux soutiens ( élus, dirigeants de la société civile,collaborateurs, citoyens ) hier, en fin d'après-midi au kiosque à musique dans les Jardins de la Promenade du Paillon. Dans les prémices de Pierre-Paul Leonelli , président des Amis du Maire de Nice, cette rencontre devait être celle de la convivialité , pour Christian Estrosi un petit temps de remerciement , en attendant la grande messe de la rentrée annoncée pour le 7 septembre. En fait, c'était bien parti, avec la bonne intention du Maire de Nice de faire partager aux présent " l'idée que nous nous faisons de notre ville" - mais la promesse n'a durée que le temps de l'annoncer et Christian Estrosi a ouvert les vannes pour un discours-fleuve au cours duquel rien à manqué : ni le passé, ni le présent et , surtout pas ...le futur !

Quelques phrases sont bien explicatives : " faire avancer Nice et la métropole" , "ma parole est pour ce jour et pour le futur". Comme quoi, le 10 ans écoulés depuis son élection à la mairie ne peuvent être qu’une étape d’une course qui est loin de l’arrivée finale.

En fait, si la liste des nombreuses réalisations a été énumérée avec précision en témoignage d’une vision ambitieuse et comme démonstration et preuve de son efficacité dans la gestion, Christian Estrosi touché également quelques points plus politiques.

En premier lieu, il a revendiqué son appartenance à la droite républicaine, - au contraire des auspices de son rival numéro 1 du département Eric Ciotti qui aimerait bien qu’il prend la porte- tout en revendiquant sa liberté de penser .

Son affirmation a été nette : " je suis de droite, gaulliste et fidèle aux valeurs traditionnels de ma formation politique" - a-t-il affirmé avant de lancer une pique à " ceux qui les dénaturent".

En deuxième lieu, il a voulu expliquer clairement que sa supposée compatibilité avec le "macronisme" vient simplement du fait que ce Gouvernement - contrairement aux précédents du quinquennat Hollande- a déjà examiné positivement plusieurs dossiers présentés par la municipalité niçoise : hôtel des polices , policiers municipaux dans les écoles, financement de l’extension de Pasteur 2 etc

Donc, une simple question de convenance , à la quelle n’est étrangère l’ego du Maire de Nice qui se sent considéré et écouté par ce Gouvernement alors qu’avec les précédents ...

Troisième acte : le rapport de force. Estrosi , combien de division ? pourrait-t-on dire en faisant référence à une fameuse expression de Staline en parlant du Pape Pie XII . Un message envoyé à qui lui vaut mal ( c’est juste un euphémisme) : au Conseil Municipal "sa" majorité est de 55 conseillers sur 69 ; au Conseil Métropolitain de 44 maires sur 49 ; au Conseil Départemental , 17 conseillers ont formé un groupe autonome qui lui répond politiquement. Il est également Président délégué au Conseil Régional et co-président du mouvement "macron-compatible" La France Audacieuse. Comme on dit en ces cas, l’armement est bon !

Conclusions : pour Christian Estrosi , en ces temps complexes et contradictoires- son credo est " il faut savoir rassembler " . Pour pouvoir le faire , "il faut être libres, être son propre patron , ne pas devoir donner des comptes à personne". C’est son cas , of course.

Mais ça ne pouvait pas terminer comme ça, sans emphase : " Non, en fait j’ai des patrons , et ces patrons c’est vous"- est la conclusion du Maire de Nice qui trouve cette condition de son plein gré.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message