Ladislas Polski (MRC) prône une opposition " constructive et combative" à La Trinité

Ladislas Polski a présenté ses voeux devant près de 200 personnes à La Trinité, entouré des élus de l’équipe d’opposition qu’il conduit au conseil municipal, et en présence de plusieurs personnalités politiques départementales.

C’est d’abord sur les enjeux municipaux qu’il a axé son intervention : La Trinité, cinquième commune de la Métropole Nice-Côte d’Azur, a récemment fait parler d’elle suite au renoncement par le maire aux traditionnelles illuminations de fin d’année, mesure de restriction budgétaire qui avait suscité beaucoup d’émoi.

Ladislas Polski s’est donc livré à un constat sévère de la gestion municipale dont il a rappelé que le maire actuel est comptable depuis près de 16 ans, d’abord comme premier adjoint aux finances puis comme premier magistrat : La Trinité est repassée dans le Reseau d’alerte qui regroupe les communes de France à la situation financière la plus préoccupante.

Insistant vivement sur la nécessité pour La Trinité de se faire entendre, dénonçant le risque de bétonnisation accélérée de la commune dans une vallée déjà asphyxiée par les difficultés de circulation, Ladislas Polski a salué la présence de nombreux Trinitaires représentatifs des "forces vives" de la commune et qui l’animent dans les associations de quartiers ou les associations sportives.

Il a dit vouloir continuer de porter jusqu’en 2020 la voix d’une opposition "constructive et combative" à La Trinité.

Au passage, il rappelait l’un de ses derniers combats comme conseiller régional dans le mandat précédent, qui a permis l’inscription dans le contrat de plan Etat-Région de financements pour l’amélioration de la ligne de train Nice-Breil qui dessert La Trinité : un mandat dont il tire aussi la satisfaction personnelle d’avoir créé les "Maisons régionales de santé" réparties aujourd’hui sur tout le territoire régional.

Président régional du Mouvement Républicain et Citoyen, secrétaire national de ce parti, en charge des questions étrangères et européennes, Ladislas Polski a rappelé son engagement de toujours, débuté aux côtés de Jean-Pierre Chevènement et qu’il a résumé ainsi : "pour l’égalité entre les citoyens, l’autorité de la puissance publique, la laïcité".

Non engagé dans les primaires de la Belle Alliance populaire, le MRC a désigné un candidat à l’élection présidentielle, Bastien Faudot, qui n’a pas encore réuni les 500 signatures nécessaires pour parvenir à être candidat, mais continue de porter la voix d’une gauche républicaine attachée à la souveraineté nationale.

Dans un département comme les Alpes-Maritimes encore plus qu’ailleurs, Ladislas Polski insiste sur la nécessité de voir les citoyens se rassembler, au-delà de toutes les sensibilités politiques, autour des valeurs républicaines fortes et justes.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message