Le Mouvement Radical de Nice se fracture : les anciens du PRG s’en vont

Les fusions à froid fonctionnent rarement, surtout quand la chaise est une et les prétendants plus d'un. C'est la cas des "radicaux" qui ont voulu réunir la famille mais, vu le résultat, ne se sont pas donné la peine , au préalable, de se mettre d'accord sur la ligne politique. L'exemple niçois en est le bon exemple : entre les radicaux valoisiens de Hervé Cael et les radicaux de gauche de Patrick Mottard la mayonnaise n'a pas pris. Positionné au centre-droit le premier, soutien inconditionnel de Christian Estrosi, et à gauche le deuxième qui refuse tout soutien au maire de Nice , comment voulez-vous que ça peut marcher ? Les sourires restent mais chacun prend sa route puisque si sur la ligne politique on peut trouver un compromis, sur le pouvoir et les places qui vont avec, c'est toujours plus difficile... En tout cas, c'est ce qu'il est arrivé à Nice...lire ci dessous.

[Lors de la présentation des voeux] il y a un mois j’avais fait part de ma volonté de quitter le Mouvement Radical , social et libéral ( MRSL). S’il y a plus d’un an j’avais approuvé avec enthousiasme la fusion du PRG avec le Parti Radical Valoisien pour que les valeurs de laïcité, de justice sociale , de promotions des territoires et de fédéralisme européen soient présentes dans le débat post-présidentielles, la déception fut rapidement au rendez- vous. A aucun moment la nouvelle formation n’a pesé au cours d’une période pourtant riche en événements. Pire la fusion paritaire se transformait rapidement en OPA des valoisiens sur un PRG mal défendu par ses anciens dirigeants à l’exception du très actif Guillaume Lacroix.

C’est ainsi qu’en janvier j’ai acté ce douloureux constat en signifiant mon intention de quitter le MRSL. Et je dois dire que pratiquement l’ensemble des ex-PRG 06 - une seule exception- étaient d’accord avec cette décision. Et c’est assez naturellement que nous nous sommes tournés vers la structure nationale dite " Les radicaux de gauche" dirigée par Stéphane Saint-André et Virginie Rozière. Même si nous avons l’intention de prendre des initiatives surtout au niveau local, continuer à promouvoir les valeurs radicales au sein d’une structure nationale était important pour nous.

Mais aujourd’hui c’est l’ensemble des radicaux de gauche qui étaient restés dans le MRSL qui ont décidé nationalement de suivre l’exemple du 06 et Guillaume Lacroix devenu enfin responsable en titre du groupe veut reconstituer le PRG. On peut donc espérer un rassemblement rapide des deux formations qui s’affirment comme radicales et de gauche et surtout une rupture avec les pratiques de l’ancien PRG . Il faut que cette renaissance soit l’occasion d’inventer enfin ce radicalisme du xxi ème siècle qui a son mot à dire dans le vaste débat sur le renouvellement des idées et des pratiques politiques. Affaire à suivre.

Patrick Mottard

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message