Le Rubicon d’Eric Ciotti à Levens : "alea jacta est", la Mairie de Nice en ligne de mire

Quelques milliers* de personnes étaient venues de tout le département, ce dimanche à Levens dans les Alpes-Maritimes pour la fête champêtre organisée par le député des Alpes-Maritimes et ses amis et soutiens politiques, parmi lesquels plusieurs édiles.

On attendait le discours - au vrai, on a eu un bombardement de paroles prononcées d’un ton martial - d’Eric Ciotti qui devait annoncer ses intentions pour les prochaines échéances politiques locales.

Comme préambule ne pouvait manquer la partie contre la politique du gouvernement, qui a été particulièrement virulent et, signe de temps, farci d’accusations pour son manque d’autorité et de fermeté, le répertoire étant toujours le même et par son caractère idéologique de plus en plus apparenté à celui des populistes de tout bord.

En ce qui concerne le volet local - élection du président de les Républicains en octobre et municipales en 2020- Eric Ciotti a levé le voile :

"Je vous propose de me suivre pour participer à la refondation des Républicains dans les Alpes-Maritimes, je vous propose de porter ensemble une ligne claire, fondée sur la fidélité et la clarté !"

"Soyez convaincus que je prendrai toute ma part pour servir Nice au
centuple de ce qu’elle m’a donné. Avec vous, depuis Levens, je veux ouvrir
un nouveau chemin".

Levens comme le Rubicon ?

Avec ceux deux déclarations Eric Ciotti a prononcé symboliquement le "alea jacta est"**.

Des belles intentions, le problème est que ces deux places sont aujourd’hui "occupées" par Christian Estrosi - dont Eric Ciotti a été pour longtemps le lieutenant, avant de prendre sa propre voie et en devenir le rival .

Passe pour la présidence départementale du parti pour laquelle Christian Estrosi pourrait ne pas avoir un appétit particulier tant il s’est éloigné de la ligne politique de l’actuelle direction (dont, par contre, Eric Ciotti est un soutien et un rouage), mais pour la place de maire de Nice...." hic manebimus optime" - répondra l’actuel occupant.

L’appel de Jean Leonetti au dialogue et à la pacification - prononcé no pas par hasard à la veille de ce rassemblement- n’a pas été écouté. D’ailleurs comment trouver un compromis quand il y a deux ambitions qui s’opposent ?

Eric Ciotti avait construit sa carrière nationale avec l’ambition de devenir Ministre de l’Intérieur. Malheureusement pour lui, les candidats qu’il avait choisi de soutenir qui auraient pu lui l’offrir et en soutien desquels ils s’est dépense avec son style tout entier (Sarkozy pour la présidentielle en 2012, Sarkozy et Fillon pour celle de 2017) ont fait fausse route et lui s’est retrouvé avec son rêve inachevé.

Faute de quoi, en attendant le retour au pouvoir de sa formation politique qui ne semble pas pour demain, comment donner une réponse satisfaisante à ses ambitions (légitimes) de pouvoir ? D’autant plus que, par obligation de loi, il a du abandonner la présidence du Conseil Départemental, même s’il en reste l’éminence grise.

Alors, simple député (même si questeur) , simple conseiller départemental (même si président de la commission des finances) peuvent satisfaire de si grandes ambitions... déçues ?

La Mairie de Nice et par conséquence la Présidence de la Métropole ne sont pas mieux ? Alors ceci explique cela ?

La lecture du texte fondateur de la psychanalyse moderne "L’interprétation des rêves" (Die Traumedeutung") du bon docteur Freud pourrait mieux expliquer "l’importance du rêve comme accomplissement du souhait".

Suivant le savant , "Il a pour fonction de satisfaire le rêveur. Le rêve renseigne par conséquent sur les désirs plus secrets du rêveur, c’est-à-dire « refoulés » dans son inconscient".

Quoi qu’il en soit...

* pas de chiffres officielles : l’estimation est de 4000 pour les organisateurs, entre 2000 et 3000 pour les observateurs neutres

**Jules César le traversa avec ses légions en armes le 11 janvier 49 av. J.-C. Si l’on en croit Suétone, il lança en franchissant la rivière la célèbre formule : « Le sort en est jeté » (« Alea jacta est »).

De cet épisode est née l’expression « franchir le Rubicon » qui a survécu jusqu’à nos jours. Elle évoque une personne se lançant irrévocablement dans une entreprise aux conséquences risquées.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message