Marine Le Pen : du Front au Rassemblement . Marie Christine Arnautu et Philippe Vardon élus à la direction nationale

Marine Le Pen , réélue à l'unanimité à la présidence , a proposé dimanche de rebaptiser "Rassemblement national" le parti d'extrême droite qu'elle préside et qui porte depuis sa création en 1972 le nom de Front national*. La leader a motivé ce changement : "Gouverner" : c’est justement ce qui explique ce changement de nom voulu par le parti d’extrême droite. "A l’origine, nous étions un parti de protestation, puis avec notre entrée dans les assemblées, nous sommes devenus un parti d’opposition. Il faut qu’aux yeux de tous il ne fasse plus de doute que nous sommes désormais un parti de gouvernement". En répétant son nouveau leitmotiv , "culture de l’alliance. "Mettre en oeuvre des alliances parce que sous la Ve République qui repose sur un mode de scrutin à deux tours, gagner sans alliances est ardu". a-t-elle affirmé. Une nouvelle direction d'une centaine de personnes a été élue. Ils en font partir Marie-Christine Arnautu, à la 10è place, et Philippe Vardon qui conforte ainsi son emprise sur le "rassemblement" à niveau local.

Après l’échec cuisant de la présidentielle à laquelle a suivi celle aux législatives, et la crise existentialiste que traverse le parti , miné par le départ de Florian Philippot et la création de son parti "Les Patriotes", le retrait de Marion Maréchal Le Pen et la nouvelle donne politique depuis l’arrivée de Macron au pouvoir, le congrès de Lille sera-t-il synonyme de nouveau départ ? Marine Le Pen veut y croire.

Depuis 2011 à sa tête, Marine Le Pen a tenté de le dédiaboliser, de lui apporter une crédibilité qu’elle a perdue ces derniers temps , après engrangé plus de 10 millions de voix au second tour de la présidentielle en 2017.

L’exclusion totale de Jean-Marie Le Pen, co-fondateur du parti et son âme pendant permettra de tourner définitivement la page ?

Le Rassemblement National déclare 52 000 adhérents.

La nouvelle appellation devra être officialisé dans les semaines à venir après le vote des militants.

Et qui changement de nom, dit changement de logo. Or cette flamme bleu, blanc, rouge, adoptée elle aussi en 1972, a une filiation historique sulfureuse, puisqu’elle vient directement du parti néo-fasciste italien MSI. (Le Mouvement social italien-Droite nationale avait été fondé par les fascistes en 1946 après la seconde guerre mondiale et la chute de la République sociale italienne (RSI) établi par Benito Mussolini en Italie du Centre et du Nord, dans les zones contrôlées par la Wehrmacht.)

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message