Patrick Allemand dénonce le plan d’économies de Ligne d’Azur

A l'issue d'un long travail de recoupement, l'élu de l'opposition Patrick Allemand a révélé un plan d'économies de la Régie Lignes d'Azur, dirigée par Christian Estrosi.

Patrick Allemand a convoqué une conférence presse, ce mardi matin dans ses bureaux. L’occasion pour lui de dévoiler, dans une mise en scène plutôt comique, sa dernière découverte : le plan d’économies de Lignes d’Azur, la principale société de transports en commun de la ville.

Au moyen d’une affiche parodiant le film "Le diable s’habille en Prada", Patrick Allemand tourne en dérision le tandem à la tête de la ville de Nice. Christian Estrosi et Philippe Pradal font donc l’affiche, et le film devient "Le Diable s’habille en Pradal". On notera un gros effort de la personne chargée de ce montage photographique.

C’est à l’été 2016 que Patrick Allemand remarque des réductions "inquiétantes" sur les services Lignes d’Azur : suppression et réduction des fréquences collinaires, mais aussi à la Trinité ou à Saint-Laurent du Var. Pire encore, les menaces sur le réseau Noctrambus qui pourrait s’arrêter dès 23h10.

"Nous avons recensé toutes les informations possibles sur les réductions et les suppressions. Les usagers ont fait remonter des informations que nous avons confronté à celles données par Lignes d’Azur", décrit Patrick Allemand. Avant de découvrir un vrai plan de réduction de l’offre.

Neuf villes sont concernées, plus ou moins de manière importante : Nice, La Trinité, Beaulieu, Villefranche-sur-Mer, Cap d’Ail, Saint-Laurent du Var, Cagnes-sur-Mer, la Gaude et Vence.

L’élu PS dénonce "des réductions variées, opaques et sournoises". Certaines lignes mineurs sont purement et simplement supprimées, comme la Ligne 19 du Col de Bast ou la Ligne 58 à Saint-Laurent.

Il dénombre au total près d’une trentaine de changements et de réductions, parmi lesquelles des réductions de fréquence en semaine, des diminutions de fréquence le samedi sur d’autres lignes, voire des suppressions les dimanches, comme pour le 49 entre Cagnes-sur-Mer et La Gaude. Concernant le Tram, la L1 et les Noctambrus voient aussi leur trafic réduit en soirée.

Tout cela dans le but d’économiser près de 3 millions d’euros. Le but ? Selon Patrick Allemand, "il faut amortir le coût de la Ligne 2 du Tram, qui n’est pas encore livré et qui coûtera 13 millions par an".

L’élu PS persiste et signe : "je suis de ceux qui ne veulent pas de restructuration des lignes avant l’arrivée de la ligne 2. On va supprimer et réduire des lignes que l’on pourrait renforcer grâce à la ligne 2 du Tram, notamment pour les collines". Enfin, Patrick Allemand dénonce "la compensation du manque à gagner pour la ville, qui cherche de nouvelles recettes, comme l’idée absurde de faire payer les navettes jusqu’à l’Allianz Riviera au prix exorbitant de 5 euros, alors qu’on peut monter au ski pour 1€50".

Au final, la révélation du plan d’économies a permis d’organiser la résistance citoyenne et Christian Estrosi a été contraint de reculer sur plusieurs projets, notamment le Noctrambus ou la Ligne 72, dont la décision sur son avenir a été ajournée.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message