Politique locale : le duel continue, "parade et riposte" de Christian Estrosi, Eric Ciotti à "l’attaque"

On se croirait dans un cours de l'académie "ars duellatorum", avec les mouvements que les escrimeurs doivent apprendre avant de les mettre en pratique : attaque, parade et riposte.

Il y a quelque jours, Eric Ciotti passait à l’attaque devant 1 500 fidèles et bon nombre d’élus (parmi lesquels le 1er Vice-Président du Conseil départemental Charles-Ange Ginesy, son successeur désigné pour cause du cumul de mandats, le député et Vice-Président du Conseil départemental Eric Pauget, le maire de Menton Guibal et la sénatrice et conseillère départementale Colette Giudicelli), convoqués à une plage pour écouter (et approuver ?) sa ligne directrice :

Cette élection législative a démontré ceux qui défendaient véritablement les valeurs de la droite républicaine !
Cette victoire a été difficile mais elle marque un point d’étape pour notre famille politique. Rien ne sera plus jamais comme avant !
Cette élection législative est un point de départ, certains par leurs attitudes m’ont libéré de toutes contraintes

Cette dernière expression, dite sans langue de bois, veut dire ce qu’elle veut bien dire !

Hier soir, dans les jardins des Arènes de Cimiez, devant 1 500 fidèles et nombre d’élus, parmi lesquels les députés Marine Brenier et Loïc Dombreval, le conseiller régional Pier-Paul Leonelli, l’ancien député Rudy Salles, le 1er adjoint à la mairie de Nice Philippe Pradal, les maires de Saint-Laurent du Var, Carros, La Trinité et d’autres communes, la parade de Christian Estrosi est sévère.

J’ai porté un jeune collaborateur aux plus hautes fonctions de l’Assemblée Nationale, ce n’est pas pour aujourd’hui regretter son élection !
Si certains ont le sentiment qu’ils seront plus forts en nous divisant, en nous excluant, je ne peux pas me reconnaître dans ce comportement !

Divisé sur la ligne politique, le futur ex-président du Conseil Départemental est pour une ligne de droite radicale (l’autorité, c’est sa référence préférée).
Je ne voterai pas la confiance à ce gouvernement*, je ne veux pas leur donner un blanc-seing**

Alors que le Maire de Nice (et président de la Métropole et 1er Président de la Région), lui, se veut macrocompatible.

Dois-je refuser la main tendue ?
J’ai trop utilisé le terme de « #rassemblement » pour aujourd’hui vouloir diviser !
La #France ne se reconstruira pas dans l’exclusion, dans l’opposition stérile !

La cotre-parade concerne le futur et c’est bien là le problème et l’origine de tout...

Pour Eric Ciotti "la fidélité à nos valeurs sera le moteur de nos victoires futures pour #Nice06, pour les #AlpesMaritimes et pour la France !

La riposte de Christian Estrosi ne se fait pas attendre et elle est claire.

Il fallait choisir entre Paris et le rassemblement et Nice . J’ai choisi Nice et le #rassemblement !

Le téléscopage est en programme pour les élections municipales en 2020.

Très opportunément, la gazette locale avait publié le même jour de la convention de Christian Estrosi , le résultat d’une enquête d’opinion qui donne un résultat positif à 80% des citoyens niçois vis-à-vis de leur maire.

Une façon indirecte pour envoyer un message et refroidir les esprits de conquête trop chauds. La citadelle est solide et sera bien défendue.

* c’est ce qu’il a fait lors du vote de confiance au Gouvernement en Assemblée nationale

** il avait voté blanc au deuxième tout de la présidentielle

° un recours plus qu’opportun contre son élection a été dépose et sera examiné par le Conseil Constitutionnel. Entre trois et six mois de gagné.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message