Présidentielle 2017 : L’heure n’est plus aux partis, mais aux personnalités ?

Macron est une menace mortelle pour le PS ( comme Mélenchon a bien achevé de tuer le PCF ) ?. La primaire des 22-29 janvier peut-elle le sauver, après avoir offert un vrai sursaut, à droite, aux Républicains ?

Encore faudrait-il qu’elle attire massivement les électeurs , qu’elle dégage un candidat incontestable et qu’elle pousse les battus à se rallier à lui.

Faute de quoi, elle serait mortelle. La primaire, cet outil inventé par les partis pour se survivre à eux mêmes, se retournerait contre ses auteurs. Tout est encore jouable bien sûr.

Les candidats peuvent enfouir leur ressentiment, mener une campagne « inventive », comme dit Manuel Valls, ils peuvent « rassembler », reconquérir les « citoyens » et les persuader que se poser en « anti-système » c’est aussi ...un système !

Ils peuvent encore faire la démonstration que la Belle Alliance Populaire porte bien ses adjectifs. « La belle alliance », c’était aussi le lieu-dit sur lequel s’est déroulée la bataille de Waterloo.

Belle alliance, morne plaine ?

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message