Primaires de la gauche, une organisation à minima

Après les primaires de la droite et du centre, c'est au tour de la gauche, essentiellement le parti socialiste, d'entamer sa campagne de primaire avec les deux tours d'élections. L'occasion de dresser un bilan de l'organisation nécessaire à pareil événement.

Le premier chiffre avancé par Xavier Garcia, premier secrétaire fédéral, donne le ton.

Pour s’organiser, son groupe a disposé de deux mois et demi seulement contre près d’un an lors des dernières élections présidentielles. Un chiffre qui en appelle un autre, 2000 bureaux de vote seront disponibles, pour raisons budgétaires.

Contre mauvaise fortune, bon coeur. Avec des moyens nettement inférieurs à ceux mis en place pour propulser François Hollande à la présidence, les hommes et les femmes de Xavier Garcia on réaménagé la carte des bureaux de vote. Un "maillage" établi pour proposer à toute personne désirant se prononcer de le faire en moins d’une demi-heure. Avec 80 postes contre 130, 25 contre 42 à Nice (soit un quart d’heure pour aller voter), les sympathisants de gauche restent confiants.

L’objectif assumé et paradoxal, c’est celui de la droite. Même si Xavier Garcia déplore le choix du candidat Fillon, il souhaite lui aussi voir une dynamique, une union derrière un seul et unique homme (ou femme) politique.

Quant au vote en lui-même, rien de bien sorcier même si certains fondamentaux sont bons à rappeler. Une avocate et un huissier seront garants du déroulement éthique du scrutin, tout votant déboursera 1+1 € et devra signer la charte d’adhésion aux valeurs morales.

Pour rappel, le premier tour de ces primaires se tiendra le dimanche 22 janvier prochain.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message