Xavier Garcia (PS06) " aux élections, il ne faut pas se tromper d’ennemi"

Malgré le conteste morose et les circonstances défavorables, il y a un socialiste qui se veut optimiste : c'est Xavier Garcia, le premier fédéral azuréen du parti. Pour lui , "il n'y a pas de fatalité". Et il a plusieurs raisons d'espérer pour le double échéance de ce printemps : l'électorat de gauche se mobilisera face à la perspective d'un duel Fillon/Marine Le Pen pour la présidentielle et pour éviter une débâcle aux législatives qui suivront. Sa conviction est que , "les électeurs seront plus intelligents des hiérarchie des partis et comprendront que sans un minimum de cohésion il sera impossible de renverser les montagnes !" Parce que il s'agit bien de cela, si on regarde et on prend au sérieux les sondages "Il ne faut pas se tromper d'ennemi" dit aux militants venus pour partager la galette des Rois , et "retrouver la confiance" alors que le moral est plutôt en berne Mais son message est plutôt adressé aux absents, parce quand on parle de gauche ...le pluriel est une obligation ! Et aller à la bataille en ordre dispersé c'est l'assurance d'y laisser les plumes. Suffira-t-elle la dynamique que la primaire pour designer la candidat socialiste au premier tour ? La question se pose ... Homme de consensus , Xavier Garcia représente la nouvelle génération qui fait du pragmatisme son "credo" et le compromis sa voie. Pris en tenaille entre les "marcheurs" réformistes et les "insoumis " dogmatiques , quelle place et rôle peuvent avoir les "pragmatiques" aux différentes chapelles ? " Je ne vais pas affirmer que je réussirai, mais je veux réunir les gauches sur des thèmes précis : la politique des transports, du logement, la diversification de l'économie du territoire trop dépendante du tourisme...". La but est noble, le résultat incertain... Vous les connaissez les dirigeants de gauche, ils sont même sympathique et ils ont des belles et bonnes idées . Mais l'unité c'est un mot indigeste pour eux : deux personnes, trois idées, et quant aux ambitions personnelles, n'en parlons pas ! Après ils cherchent les électeurs ...

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message