Région PACA : An I de la présidence de Christian Estrosi

Après le première année de mandature à la tête de la Région , Christian Estrosi a fait un premier bilan de son action. Le Président du Conseil Regional Provence-Alpes-Côte d'Azur a rappelé ses résultats et indiqué les priorités pour le futur : "si l’année 2016 a été placée sous le sceau du changement, l’année 2017 sera celle de l’accélération". Une accélération qui se traduira par l'augmentation de plusieurs budgets de la Région : 16% pour l'économie, l'emploi et l'innovation , 24% pour les aides aux artisans et commerçants, 50% pour les aides directes aux entreprises, 11% pour la recherche, 9% pour la culture, 4% pour la jeunesse . Compte tenu de la largesse de ces promesses, ce n'est certainement pas un hasard si cette conférence a été placée à la veille du jour des Rois Mages qui portent les dons !

A l’occasion de cette cérémonie de vœux, l’élu a affirmé "je ne reviendrai pas sur la longue liste des mesures que nous avons prises en 1 an" avant de faire exactement le contraire et de les énumérer et d’en faire la synthèse : "1 an d’action pendant lequel nous avons amélioré le quotidien des 5 millions de Provençaux, d’Alpins et d’Azuréens et préparé l’avenir de nos enfants. 1 an pendant lequel nous avons réformé, bousculé les conservatismes au service de nos concitoyens. 1 an pendant lequel nous avons profondément changé Provence-Alpes-Côte d’Azur. 1 an pendant lequel ce sont plus de 80% de nos engagements qui ont été tenus ou qui sont en cours de réalisation".

Résultat ? Mention bien, ça va sans dire ! D’ailleurs on est jamais aussi bien servi que par soi-même !

Homme politique aux multiples casquettes , Christian Estrosi s’est aussi lancé dans l’analyse de la situation nationale : "En mai prochain, quoi qu’il arrive nous changerons de Président de la République. Il faudra également changer de politique !"- est le commentaire lapidaire de celui qui, après avoir perdu la bataille de la primaire de droite pour son soutien à Nicolas Sarkozy, essaye de revenir dans les grâces de Jean-François Fillon avec l’ambition d’un poste ministériel ( dixit les bien informés).

Pour cela, il entend "bien faire entendre cette voix dans les mois à venir"et il a annoncé avoir écrit un livre : " J’y tiens un discours de vérité et j’y présente ma vision de la France de demain".

Espérons d’y lire quelques pensées un peu plus intellectuellement structurées que : "Gaulliste social je suis, gaulliste social je resterai" ou "Nous devrons tout changer pour faire en sorte que la grande voix de la France soit de nouveau entendue !", pour en finir avec : "Entre l’Amérique de TRUMP et la Russie de POUTINE, nous devons bâtir une France forte qui protège les siens et fait entendre sa voix sur tous les continents".

Comme écrivait Bertold Brecht , " la répétition de la banalisation la rend invisible".

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message