Cloches et clochers : l’église du Port à Nice

En 1751 quand Lunel perça le port de Nice, une petite chapelle en bois, celle du Lazaret et des prisons maritimes. Les habitants se rendaient à saint Martin saint Augustin.

Le 7 juillet 1823 sous le règne de Charles Felix, le port est érigé en paroisse. Le roi de Piémont Sardaigne demande d’étudier la construction d’un édifice pour desservir ce quartier du port. Les études sont longues et le 6 janvier 1840 monseigneur Galvano pose la première pierre de l’église Notre Dame du port, dite aussi église de l’Immaculée Conception.

Cet édifice construit sur les plans de Sasserno est assez vite achevé. Les travaux se terminent en octobre 1841. Des pluies diluviennes le 28 de ce mois d’octobre réduisent à néant la construction laquelle s’écroule à peine achevée, ne laissant que la sacristie et le maître autel. C’est au 11 de la rue Fodéré, dans des magasins, que le culte est célébré. Le chantier reprend en 1847.

C’est l’architecte Joseph Vernier, concepteur de l’ensemble des édifices de la place Île de Beauté qui en dessine les plans avec une meilleure assise des fondations. L’édifice est livré au culte six ans plus tard en 1853 et consacré par monseigneur Galvano, évêque de Nice.

Les habitants, curé en tête, partirent du parvis de Notre Dame du port pour aller voter le rattachement de Nice à la France en 1860. Le clocher ne sera érigé qu’en 1880, quant aux piliers de la façade, ils sont rajoutés en 1896.

Après les bombardements de 1944, le plafond de la nef s’écroule et l’église va rester sans plafond jusqu’en 1953. Notre Dame du port est classée monument historique depuis 1991 tout comme l’ensemble de la place Île de Beauté.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message