L’ exposition de Bernard Pourrière à la Galerie Depardieu

Comment définir Bernard Pourrière ? Un chorégraphe, un chasseur de son, un chef d’orchestre, un musicien ; difficile d’y répondre.

Bernard Pourrière est avant tout l’homme du mouvement sonorisé. C’est peut-être là sa vraie définition. Un geste équivaut à un son.

Le film tourné dans une filature nous montre les déplacements éthérés de la danseuse, de la ballerine. L’artiste est bien ici un chorégraphe. Bernard Pourrière évoque son travail : « Je définirai ma recherche comme la quête des impossibles sonores. »

La recherche du son parfait, impossible de le capter et pourtant il y réussit. Le son ayant tant de facteurs pour s’exprimer : l’espace, l’écho, les lieux, Bernard Pourrière synthétise les sons et les rends audibles. Cette exposition est faite d’œuvres, de notes de musiques et de performances. Le son est à la fois libre et contraint dans un espace donné. Il va et vient, mais jusqu’où ? La théorie des papillons ; la question est posée.

On découvre des partitions du musicien dont les notes ne sont ni des noires, ni des blanches et encore moins des croches. Elles sont des traits, des points, une signalétique morse.

Des photos d’atelier, l’installation d’une batterie où l’artiste a revisité les instruments de musique. La vidéo dans la filature déjà évoquée est la clé pour comprendre cette exposition.

Laissons la conclusion à Bernard Pourrière : « Les partitions sont codées selon une grammaire des signes équivalent à des notes. De fait, elles m’offrent la possibilité d’improviser en vue d’offrir un large spectre d’interprétation. » Tout est dit en quelques mots.

Thierry Jan

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message