Les Pénitents Noirs à Nice

Les pénitents noirs sont créés en 1329. Leur ordre s’installe dans la cathédrale Sainte Marie alors située dans la citadelle du Château. Un siècle plus tard, en 1422, la confrérie descend dans la ville basse et s’établit dans l’église Sainte Réparate, laquelle devient bientôt la cathédrale, Sainte Marie étant délaissée avec le développement des fortifications de Nice.

La nouvelle cathédrale s’avère trop petite et des travaux d’agrandissement et de reconstruction commencent, en 1649, pour s’achever cinquante ans plus tard en 1699. La chapelle des pénitents noirs se trouve dans le nouvel édifice, la chapelle de la Miséricorde dans la nef sud leur était réservée.

Cette chapelle dite aussi des quatre saints consacrés avec l’ancien baptistère (aujourd’hui bureau d’accueil) étaient tous deux à peu près l’église Sainte Réparate d’avant la construction de cette nouvelle cathédrale. En 1827, l’archiconfrérie acquiert la chapelle dédiée à Saint Gaétan des Théatins, elle fut confisquée durant l’occupation française de la fin du XVIII°.

Cette chapelle située sur le cours Saleya fut restaurée entre 1828 et 1829. Elle est un chef d’œuvre de l’art baroque niçois. Les pénitents noirs seront les premiers à créer un mont de piété à Nice, changeant ainsi leur fonction, laquelle était à l’origine d’accompagner les condamnés à mort pour le salut de leur âme.

La chapelle Saint Gaétan bien que projetée, en 1674, ne fut édifiée qu’en 1739. Saint Gaétan né à Vicence en 1480 est le fondateur des Théatins. Cette chapelle fut construite sur le terrain des dépôts de sel, proche du palais Royal. La chapelle un temps menacé dans ses fondations, suite à la création d’un parking souterrain, fut restaurée ainsi que sa façade.

Il ne faut surtout pas manquer la sacristie où deux œuvres, l’une de Louis Brea et l’autre de Miralhetti représentent une Vierge de miséricorde. Cet édifice est classé monument historique depuis le 30 mai 1921.

Thierry Jan.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message