Aux Journées du cinéma italien à l’Espace Magnan : " La pazza gioia" la comédie à la folie , rafle les prix

Les Journées du Cinéma italien sont arrivées à la conclusion après deux semaines de projections et débats. Le succès de public a été encore une fois au rendez-vous avec plus de 4000 présences. Les prix du public et des jeunes ont eu le même vainqueur : "La pazza gioia" de Paolo Virzi' qui ce lundi connaîtra égalment une grande reconnaissance au prix David de Donatello, l'équivalent italien des Césars.

La pazza gioia, la comédie à la folie !

L’intelligente comédie de Paolo Virzì avec deux splendides actrices, Valeria Bruni Tedeschi et Micaela Ramazzotti, a été présentée aux 32ès Journées du Cinéma Italien.

La pazza gioia di Paolo Virzì est probablement la meilleure comédie italienne de l’année passée et a été présentée hier à l’Espace Magnan de Nice en occasion des 32ès Journées du Cinéma Italien.

Le mérite est surtout des merveilleuses actrices, Valeria Bruni Tedeschi et Micaela Ramazzotti dans le rôle de Beatrice et Dontaella, deux femmes avec troubles mentaux qui organisent une excentrique fuite de leur communité thérapeutique dans une villa toscane.

Si, en effets, aux rôles de névrotique elle est habitués et lui vont comme un gant, Valeria Bruni Tedeschi est parfaite comme mythomane avec trouble bipolaire qui dit de soi d’être médecin et contesse, abandonée par un mari avocat avec connaissances dans l’haute société, une fois riche, hors de tête, à la Valentina Cortese. Mais aussi Micaela Ramazzotti est crédible dans un corps très maigre, couvert de tatouages de la blessée Donatella, déprimée et silencieuse, avec le tourment pour un fils donné en adoption et une mère incapable d’aimer (Anna Galiena).

Leur voyage vers la liberté a quelque chose de frais et génuine, une rédemption de leurs angoisses existentielles. Pourtant leur difference, entre elles il y a la complicité soudée par la douleur comune, un soutien mutuel qui les aidera à se comprendre mieux, un éspoir pour vivre avec prise de conscience.

Écrit par le metteur en scène avec Francesca Archibugi qui a un petit camée du film dans le film où les deux protagonistes font irruption, La pazza gioia è un road movie plein de soleil, plus sentimentale que les autres films de Virzì mais évitant le pathétique et les clichés dans la représentation du malaise mental.

Présentée l’année passée à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes, La pazza gioia a gagné en Italie cinq Nastri d’Argento.

Roberto Schinardi

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message