Box-office : Fences de Denzel Washington

Fences se déroule dans les années 50 et tourne autour d’un ancien joueur de baseball qui a échoué dans sa carrière à cause d’une erreur de jeunesse ("Fences" désignant les barrières fermant un terrain de sport, de baseball par exemple.)

L’histoire bouleversante d’une famille où chacun lutte pour exister et être fidèle à ses rêves, dans une Amérique en pleine évolution.

Troy Maxson (Denzel Washington) aspirait à devenir sportif professionnel mais il a dû renoncer et se résigner à devenir employé municipal pour faire vivre sa femme et son fils.

Son rêve déchu continue à le ronger de l’intérieur et l’équilibre fragile de sa famille va être mis en péril par un choix lourd de conséquences…

Le sujet de la pièce est tout à fait dans la lignée de ses deux précédents films : un drame social lié à la condition des Afro-américains. Ce scénario vient d’une pièce, signée August Wilson (Prix Pulitzer) qui fait partie d’un cycle de dix pièces de théâtre (le « Cycle de Pittsburgh ») et décrit la condition des Noirs américains à travers le vingtième siècle, chaque pièce représentant une décennie particulière.

Fences dépeint l’histoire de ce père de famille frustré face aux inégalités, aux injustices commises au nom de la couleur d’une peau. Au-delà du thème de la ségrégation, c’est un complexe portrait de famille que nous livre avec brio Denzel Washington.

Denzel Washington est au centre de toutes les scènes. Certains lui reprocheront une mise en scène narcissique là où d’autres y verront un formidable terrain de jeu pour son talent. L’adaptation sur grand écran d’une pièce de théâtre n’est pas sans risque mais cet ersatz de huis clos fonctionne à merveille.

Tourné dans l’ordre chronologique, Fences nous emmène jusqu’à sa touchante conclusion. Des deux fils, l’interprétation de Jovan Adepo est bluffante, au frère revenu brisé de la guerre du Vietnam, chacun des personnages apporte une pierre indispensable à la narration.

Le film récolte quatre nominations dont celui du meilleur film. Viola Davis fait figure de favorite dans la course à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, après son Golden Globe en janvier.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message