Box-office : GAUGUIN – VOYAGE DE TAHITI de Edouard Deluc

GAUGUIN – VOYAGE DE TAHITI relate ainsi la lente descente aux enfers du peintre que l’on verra progressivement dépérir, se couper davantage du monde et tout sacrifier pour persévérer dans son art sans obtenir la moindre reconnaissance. Récit des deux années durant lesquelles le peintre y séjourna (de 1891 à 1893) avant d’être rapatrié en tant « qu’artiste en détresse », GAUGUIN – VOYAGE DE TAHITI dépeint l’homme bien plus que son œuvre et c’est tout de même un peu dommage.

La messe est dite, en choisissant cet épisode à la fois riche et douloureux de la vie de Paul Gauguin, le réalisateur s’oblige à une tonalité mélancolique qui se traduira à la fois dans les couleurs, la musique et le propos du film.

Bien entendue la peinture est indissociable de l’artiste, elle est son moteur, et même sa drogue , mais ce sont les traits de son caractère bien plus que ceux de ses dessins qui sont mis en relief.

Profonds et intenses, les paysages sont à couper le souffle, les douces lumières aussi sublimes qu’inattendues, et offrent par là même un décor incroyablement crédible à cette aventure exotique qui débute certes à Paris, mais se déroule principalement sur l’île de Tahiti.

Contraint par ses idéaux, à travers son départ solitaire de Paris, ses convictions, ses choix de vie, dont il émane une nature profondément sauvage, ce sont les versants négatifs de Gauguin qui prennent largement le dessus : l’égoïsme, l’incapacité de prendre soin ou de protéger ceux qu’il aime – à commencer par lui-même-, l’absence totale de limite dans l’accomplissement de sa passion qui l’entraîne vers le fond, etc…

Plus éblouissant que dans n’importe lequel de ses rôles, Cassel crève l’écran et phagocyte malgré lui son personnage.

A côté de la rudesse de Gauguin et de son destin, la présence à ses côtés de Tahuei Adams (Tahura, sa muse) , parfaitement inconnue mais non moins talentueuse, fait contrepoids à travers sa douceur, sa dignité et le merveilleux sourire de la comédienne qui l’interprète.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message