Box-office : Le Caire confidentiel de Tarik Saleh

Le Caire, janvier 2011, quelques jours avant le début de la révolution. Une jeune chanteuse est assassinée dans une chambre d’un des grands hôtels de la ville. Noureddine, inspecteur revêche chargé de l’enquête, réalise au fil de ses investigations que les coupables pourraient bien être liés à la garde rapprochée du président Moubarak. La hiérarchie de Noredin veut classer l'affaire et conclut à un suicide. Pugnace, l'inspecteur tente d'obtenir le témoignage de Salwa , une des femmes de ménage, qui a assisté au meurtre. car il veut, à ses risques et périls, faire tomber l'assassin...

Le cinéaste Tarik Saleh offre une intrigue criminelle captivante de bout en bout, avec tous les ingrédients du genre — femme fatale incluse. Mais aussi le portrait, social et politique, d’une mégalopole à un moment clé de son histoire, avec ses puissants qui se croient au-dessus des lois et ses misérables utilisés pour les basses oeuvres... puis éliminés quand ils deviennent trop gênants.

Le réalisateur, Suédois d’origine égyptienne, a transposé le fait divers en janvier 2011, alors que Le Caire est en pleine ébullition révolutionnaire — l’Egypte va bientôt connaître son printemps arabe. Le récit y gagne un surcroît de tension dramatique quand son héros, l’inspecteur Noureddine, voit son enquête parasitée puis menacée par les manifestations sur la place Tahrir — et leur répression de plus en plus violente. Ces rassemblements pour la démocratie visaient aussi à dénoncer les exactions et les magouilles des forces de l’ordre.

Dans une mise en scène animée par un sentiment d’urgence, Tarik Saleh décrit ainsi une société et sa police gangrenées par la corruption.

Mais Nourredine veut s’attaquer aux maîtres du pays, quitte à risquer sa vie. Le personnage est magnifique et son interprète, Fares Fares, grand échalas au visage taillé à la serpe.

L’enjeu du Caire Confidentiel, troisième film du Suédois Tarik Saleh ? : décalquer et décaler les codes du film noir pour mieux le faire glisser vers autre chose, par exemple le film de dénonciation politique.

Le scénario du film s’inspire de l’assassinat d’une célèbre chanteuse libanaise dans un palace de Dubai en juillet 2008. Un magnat de l’immobilier et membre du Parlement égyptien, proche de la famille de Hosni Moubarak, qui dirigeait alors le pays, avait été reconnu coupable d’avoir versé 2 millions de dollars à un haut gradé de la police cairote pour tuer son ancienne maîtresse. Les deux hommes ont été condamnés à respectivement quinze et vingt-cinq années de prison.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message