Box-office : Le dossier Mona Lina de Eran Riklis

Mona, libanaise, est soupçonnée par le Hezbollah d’être une informatrice des services secrets israéliens. Craignant qu’elle soit démasquée, le Mossad l’exfiltre vers l’Allemagne et lui fait changer de visage. Pendant deux semaines, le temps de se remettre de son opération, ils la cachent dans un appartement à Hambourg. Naomi, agent du Mossad, est chargée de lui tenir compagnie et de la protéger. Mais le Hezbollah est à la poursuite de Mona et la planque ne s’avère pas aussi sûre que prévu...

Eran Riklis sait mener le film d’espionnage, Mona est-elle vraiment, protégée ? Pourquoi a-t-elle agi comme ça ? Mais le plus prenant, c’est l’histoire entre ces deux femmes qu’à priori tout oppose.

Passée une période de méfiance réciproque, va naître une amitié profonde entre les deux femmes alors que la menace représentée par les assassins et l’éventualité d’une trahison se rapprochent de plus en plus.

Ce suspens d’espionnage est tout entier construit sur la formation et la naissance d’un lien psychologique. Le récit progresse ainsi, relancé régulièrement par des péripéties et des retournements de situation.

Tendu et très prenant, « Le Dossier Mona Lina », thriller en forme de huis clos, est un film étonnant, très réussi, porté par l’interprétation de Golshifteh Farahani (Mona) et surtout par celle de la comédienne israélienne Neta Riskin, remarquable de retenue dans le rôle de Naomi.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message