Box-office : Les doubles vies de Olivier Assayas

Alain, la quarantaine, dirige une célèbre maison d’édition où il publie les romans de son ami Léonard, écrivain bohème. La femme d’Alain, Séléna, est la star d’une série télé populaire et Valérie, compagne de Leonard, assiste vaillamment un homme politique. Bien qu’ils soient amis de longue date, Alain s’apprête à refuser le nouveau manuscrit de Léonard… Les relations entre les deux couples, plus entrelacées qu’il n’y paraît, vont se compliquer.

Un film d’Olivier Assayas est toujours un évènement. D’autant quand il réunit une palette d’acteurs aussi prestigieux que Canet, Binoche, Greggory ou Macaigne.

Une nouvelle fois, le cinéaste revient à une réflexion aussi profonde qu’elle est sarcastique sur l’univers de la création artistique. On comprend d’ailleurs très vite pendant le film que le sujet concerne tout autant le cinéma, dans un contexte où les modes de consommation de l’art sont en plein bouleversement, avec l’explosion d’Internet. Les comédiens éprouvent un plaisir très sensible à jouer ces écrivains ou acteurs ou éditeurs.

L’ironie affleure à chaque scène, comme si Olivier Assayas devait régler ses comptes à ce petit monde fermé de la bourgeoisie artistique.

Les histoires d’amour qui accompagnent ce récit pamphlétaire sur l’état de l’art en France ne sont finalement qu’un prétexte à critiquer et à dénoncer un élitisme autocentré d’une certaine catégorie d’artistes renommés. Le cinéaste sauve le propos en apportant un regard forcément ironique sur une société qui, certes, réfléchit aux enjeux de la création artistique, mais sans doute ignore le reste du monde qui l’entoure.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message