Harcelèment et homophobie dans "Un bacio de Ivan Cotroneo" presenté aux 32es Journées du Cinéma Italien à l’Espace Magnan

Harcelèment et homophobie, questions importantes et d’actualité, se trouvent au centre de la vivante comédie dramatique Un bacio de Ivan Cotroneo, presentée vendredi dernier à l’Espace Magnan de Nice à l’occasion des 32es Journées du Cinéma Italien (il est possible de la voir tous les jours à partir de demain et jusqu’à la clôture du festival, samedi prochain). Le metteur en scène napolitain n’a pu être présent pour raison de santé.

“Un bacio sort dans les salles française le 26 avril avec la distribution Optimale - nous a expliqué par téléphone Ivan Cotroneo -. Les rencontres avec les écoles pour Un Bacio Experience en Italie on été incroyables, avec des garçons qui ont raconté leurs experiences et ont confronté leurs points de vue à la fois entre eux et avec les adultes. Ils ont aussi produit des textes accessibles sur le site Facebook et sur le site du Bacio Experience. Et les projections pour les écoles continuent”.

En ce qui concerne la realité française dans la quelle les homosexuels pouvent s’épouser, réalité cependant marquée par une forte tension sociale qui pousse vers le populisme et l’extrème droite, Cotroneo nous explique son opinion : “Je pense que le monde finalement est en train de changer et ça conduit à un renforcement des extrémismes. Mais j’espère et je crois que ce sont les dernières extensions d’un passé obscurantiste que nous sommes en train de laisser finalement derrière nous”.

Tiré du long conte éponyme de Ivan Cotroneo publié en Italie par Bompiani, Un bacio raconte l’amitié entre trois jeunes de 16 ans dans un lycée de Udine, avec leurs différentes problématiques : Blu (Valentina Romani) est une fille rebelle et solitaire, Lorenzo (Rimau Grillo Ritzberger) est un orphelin adopté par une autre famille après un premiere tentative peu concluante, il est exubérant et s’assume en tant que gay. Antonio (Leonardo Pazzagli) est timide et complexé, encore traumatisé par la mort de son frère ainé qu’il aimait, Massimo.

Sans la platitude du style fiction tv, le metteur en scène traite de manière approfondie le malaise des adolescents accru par le péril de l’exposition au social network et la difficulté du rapport avec les adultes, évitant le politiquement correct.

Les inserts oniriques musicaux réalisés avec la collaboration du choreographe Luca Tommassini apportent une touche originale. Un bacio est un film pour tous, avec un fort potential éducatif, ideal pour un débat sur les difficultés des jeunes d’aujourd’hui.

“Je voudrais que Un bacio soit surtout un film destine aux garçons– termine Cotroneo. – Garçons qui mettent l’amitié au premier rang. Qui se sentent seuls. Qui ont une terrible peur d’etre différents, et d’etre jugés. Et de se retrouver avec une étiquette. Peu importe la quelle”.

Roberto Schinardi

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message