Quand la Roumanie fait son cinéma à Villeneuve-Loubet

En novembre 2016, Villeneuve-Loubet accueillait deux longs métrages programmés dans le cadre de la Semaine du Film Roumain au cinéma Mercury de Nice.

Souhaitant développer cette expérience et visant à démontrer la vitalité du cinéma roumain, le festival RoMania est organisé au Pôle culturel Auguste Escoffier ce samedi 1er et dimanche 2 avril.

La rencontre du cinéma roumain avec un public averti remonte à une dizaine
d’années, lorsque cette nouvelle génération de cinéastes commença à engranger
des succès internationaux.

Les nouveaux noms sont Mungiu, Puiu, Mitulescu, Porumboiu mais aussi Giurgiu ou Radu Muntean. Ils incarnent la nouvelle vague, la génération « postdécembristes » (allusion au 25 décembre 1989, date de l’exécution du dictateur communiste Nicolae Ceaucescu).

Ils ont en commun un cinéma social, humain, tragique et drôle à la fois et qui
interroge souvent le passé pour parler de la vie d’aujourd’hui en Roumanie et de
ses problèmes pour la plupart hérités du passé : corruption, pauvreté, mauvais
fonctionnement des services publics, retard économique,...

La projection de 6 longs métrages, témoins de la vitalité, de l’originalité ou de
l’humour du cinéma roumain actuel.

Le Trésor de Corneliu Porumboiu (Roumanie, France), comédie, 2016 - Samedi 1er avril à 11h –

Le Reste est silence de Nae Caranfil,(Roumanie, France, Allemagne), fiction, 2007 - à 14h30

Au Diable Staline. Vive les mariés ! de Horetiu Malaele (Roumanie), comédie, 2009 - à 18h

Tacké de Igo Cobileanski (Roumanie), comédie, 2008 - Dimanche 2 avril à 11h

Le Coq décapité de Radu Gabrea- à 14h30 -

Closer to the Moon de Nae Caranfil (Roumanie, Etats-Unis- Italie, Pologne), histoire, 2013 - à 17h

Films en version originale sous-titrés en français

L’inauguration du Festival RoMania sera ce samedi à 12 h 15 au Pôle culturel Auguste Escoffier.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message