Festival International d’une série de rencontres télévisuelles

Il suffit juste d'une fatalité pour passer à côté d'un moment d'exception. Monaco et sa magie ont permis à deux rédactrices de vivre un rêve en écartant d'un geste amical cette possibilité. Si « glamour » est le mot qui revient le plus souvent lorsque l'on demande de qualifier cette principauté, la déférence la caractérise et de loin.

L’imprévisible qui fait la spontanéité de la vie s’est concentrée pour nous sur des rencontres éphémères, nous offrant de vrais défis journalistiques en interviewant des illustres inconnus sur des séries pas encore diffusées.

Par ailleurs, c’était comme si tout d’un coup une partie de la famille éloignée était là.
Parfois un visage vous déclenchait un souvenir imprécis, une vague impression de déjà vu alors discrètement, pour ne pas trop chercher au fond de sa mémoire, on allait enquêter auprès des chargées de communication, et l’on se disait « oui bien sûr.. il ou elle jouait dans... »

En effet, comme de vieilles connaissances, les acteurs qui incarnent des personnages que l’on peut suivre pour certain depuis plus de 15 ans comme « les feux de l’amour » font partie de la vie quotidienne. Se trouver face à eux est un exercice courant depuis son salon, il aurait tout autant pu s’avérer périlleux sans un accompagnement et une ambiance favorable.

Oui, les séries télévisées sont pour le public qu’elles accrochent une part de leur vraie vie.
Il ne suffit pas d’être une ménagère de plus de 30 ans pour tomber sous le charme d’un Tony Dinozzo (NCIS) « qui soit dit en passant est encore plus beau en vrai qu’à l’écran », ou un adolescent pré-pubère pour être au garde à vous toutes les semaines devant les Experts.

Les séries Françaises allaient cependant nous offrir les plus belles rencontres.
La passion que dégage Emmanuelle BACH (PJ), la fougue d’un Jean Pascal, la générosité de Kamel BELGAHZI (section de recherche) la tendre sérénité de Xavier DELUC et la gentillesse non feinte de Bernard MONTIEL furent révélateur de l’ampleur du patrimoine Français en matière d’actrices et acteurs.

Ces femmes et ces hommes sont pour la plupart des êtres habités d’une vie bouillonnante et d’une sensibilité à fleur de peau. La facilité d’un moment amical partagé avec Shirley BOUSQUET qui nous a invité à sa table, et la complicité qu’elle nous a permis d’avoir avec Christine LEMLER invitent à réaliser que tout est encore possible et qu’il faut que d’urgence les scénaristes, les patrons de chaînes et les programmateurs voient ce qu’ils ont dans leur escarcelle audiovisuelle.

Est-ce que les chaînes ont les moyens de mettre en valeur tout ces trésors face aux géants américains qui ont des studios et des machines à gagner rodées depuis des décennies ?

Est-ce que les patrons qui font les programmes ont intégrés que le public français est massivement attaché à ses artistes et qu’ils donneraient bien d’autres parts d’audimat ?

A suivre très bientôt sur vos petits écrans...

En attendant que le monde change, Nice Première va retranscrire toutes ces interviews avec quelques bonus images en espérant vous transmettre en différé des sentiments intacts.

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message