Café littéraire : Un mensonge français de Georges Marc Benamou

Un vrai travail d’archives et d’historien, l’auteur a rencontré les acteurs de ce drame qu’il a vécu tout petit enfant. Si le petit garçon à quelques souvenirs nébuleux, l’adulte, l’écrivain, le journaliste les met au propre. Il a des témoignages de première main, ceux des acteurs encore vivant de ce déchirement.

Pourquoi ce titre ? Un mensonge Français ; simplement parce que depuis le sommet du pouvoir on a menti. Le président du conseil devenu par un artifice constitutionnel président de la République, va brader ces trois départements français et abandonner à leur sort les Harkis, c’est là déjà un crime et une complicité dans leur massacre.

Georges Marc Benamou nous montre le déroulement des événements, le crime existe aussi dans l’autre camp, celui de l’Algérie Française. L’auteur est objectif, neutre et démonte les fils de cette guerre.

De Gaulle s’engage à fond dans l’option de l’indépendance et pressé d’en finir va précipiter les négociations avec les indépendantistes. Certains ont expliqué sa volonté d’en finir par une rancune tenace datant de 1943 où il avait été mal accueillit en Algérie.

Si l’auteur souligne tous les aspects de cette guerre, il s’arrête sur deux drames : l’abandon des Harkis sur ordre de l’Elysée et le silence sur le massacre du 5 juillet 1962 à Oran où l’armée laissa massacrer les européens.

Georges Marc Benamou n’ouvre pas de vieilles plaies, mais au contraire donne un témoignage sur ce conflit où la France après avoir gagnée la bataille militaire perdait la bataille politique avec des accords d’Evian violés par les indépendantistes dès leur signature. Un livre témoignage qui se lit comme un roman.

par Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message