Café littéraire : L’empire immobile de Alain Peyrefitte

Pourtant tout, ou presque, venait de Chine. Devant son immobilisme, ses pesantes traditions, la Chine va régresser et perdre ses avances technologiques. Quant au XVIII° siècle les nations occidentales décrites comme barbares par les chinois, arrivent dans ce vaste pays ; elles y trouvent un cloisonnement des mentalités. Les anglais se refusent à honorer l’empereur en se déshonorant.

Alain Peyrefitte, à travers un document historique, écrit comme un roman, nous entraîne dans le journal de bord d’une ambassade anglaise, son séjour en Chine, l’impossibilité de concilier deux conceptions de l’Etat que tout opposent. Puis ce sera la guerre de l’opium et plus tard les concessions.

Un livre magnifique où l’on apprend le chinois avec le jeune Thomas. Les acteurs de ce livre roman nous font vivre les tentatives commerciales des anglais face à un pays sclérosé devant son empereur. Les chinois surveillés par les Mandarins sont obligés de rendre l’hommage à un simple bout de tissu car il est jaune et symbolise l’empereur. C’est une sorte de nationalisme exacerbée.

L’Empire immobile, la Chine s’écroulera en refusant d’évoluer au XIX° siècle, envahie, asservie, elle renaîtra avec la longue marche, puis se réveillera plus tard, ce n’est plus l’objet de ce livre.

Il faut le lire pour mieux comprendre cette philosophie où se mélangent la religion et le nationalisme.

Alain Peyrefitte nous offre un beau voyage dans le temps, cette fin de XVIII° siècle où la France se noyait dans les fleuves de sang de la révolution et des guerres que bien souvent elle avait provoquée. La Chine pendant ce temps somnolait dans cet immobilisme lequel allait lui être fatal.

Thierry Jan

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message