Le Festival "Shake Nice", une aventure théâtrale trépidante

Ce festival "Shake Nice !" -littéralement "secouez Nice"- promet des soirées à ne pas manquer ! Après le succès festival Shake Nice ! l’an dernier, le "barde" revient pour une édition qui s'annonce tout aussi palpitante par la vision originale d'Irina Brook de cet auteur sans frontières Cinq pièces seront représentées : Le conte d’hiver (18-19 janvier), Timon d’athènes ( 19-21), Le songe ( 21-22) , Here lies Shakespeare ( 25-27), Richard II ( 27-28). Aux quelles, s'ajoute un projet pédagogique projet pédagogique dirigé par Irina Brook pour les scolaires : "shakespeare freestyle !"

C’est grâce à son père Peter Brook, grand spécialiste mondial du dramaturge anglais qui a notamment dirigé pendant plus de 35 ans le théâtre parisien des Bouffes du Nord, qu’Irina Brook a découvert Shakespeare dès la petite enfance. Cet héritage l’a menée à monter les pièces de Shakespeare en français.

"Je me sens obligée de traduire Shakespeare de manière contemporaine", explique Irina Brook. "Il se prête à toutes les périodes. Il écrivait pour quelqu’un de son temps. Si on joue Shakespeare aujourd’hui, mettre le langage d’autrefois n’est pas juste", dit-elle.

"Shakespeare c’est l’ultime artiste libre, il inventait des mots qui n’existent pas ! Cela donne une grande liberté. Il résiste à toutes sortes de déformations en restant lui-même", résume cette inconditionnelle, dont la programmation illustre parfaitement le propos.

Qui fort opportunement nous rappelle , celui qui est probablement le vrai héritage de ce génie : All the world’s a stage, and all the men and women merely players. Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, sont de simples acteurs. Shakespeare

A retenir et à réfléchir !

* avec, à Nice : les collèges Maurice Jaubert, Louis Nucéra, l’IES Clément Ader, l’Association Le Grain de sable, le lycée Honoré d’Estienne d’Orves - rive gauche et l’International School of Nice ; à Antibes : le lycée Horticole ; à Cannes : le lycée Bristol ; à Drap : le lycée René Goscinny ; à l’Escarène : le collège François Rabelais ; à Menton : les lycées Pierre et Marie Curie et Paul Valéry ; à Sophia-Antipolis : le CIV .

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message