Mme Fouquet , une belle fresque historique au Théâtre des Muses de Monaco

Le Théâtre des Muses de Monaco nous offrait une représentation en costumes signée Anne de Caumont La Force avec Anne Richard ,que l’on connaît pour son rôle dans la très célèbre série "Boulevard du Palais", incarnant Marie-Madeleine , l’épouse du surintendant des Finances du Roi Louis XIV,Nicolas Fouquet ,dont on a oublié l’importance, que Daniel Besse interprète,également metteur en scène .

En effet , on parle plus souvent de Colbert , le prétendant ou de Mazarin auquel il veut succéder. Ses ambitions ,sa volonté de devenir Premier Ministre font qu’il refuse d’écouter son épouse raisonnable, laquelle lui pardonne ses infidélités et le met en garde contre les rivalités . Ce dernier ne voit pas que les limites ont été franchies surtout qu’il va courtiser la jeune maîtresse du Roi, M lle de Lavallière pour de mauvaises raisons , celles d’obtenir des informations précises sur sa Majesté .

Or il est prêt à proposer une pension à cette jeune fille lui qui finance le Royaume et étale sa fortune aux yeux de tous , attisant les jalousies . La clairvoyance et le bon sens de sa seconde épouse , une Marie-Madeleine à la fois pleine de force, de charme et d’élégance en la personne d’Anne Richard en font une figure féminine marquante de cette époque qu’il était bon de mettre en valeur.

En effet , l’auteure de la pièce s’est toujours appliquée à souligner les destins hors du commun de femmes en tant qu’éditrice, auteure , secrétaire générale du Prix Femina. Ce dialogue entre les deux protagonistes rend compte du bonheur , de quelques reproches et surtout des craintes de Marie-Madeleine .

Par exemple , elle lance avec justesse : « le Roi ne voudra jamais se sentir l’obligé d’un de ses sujets »

Le point d’orgue sera la fête somptueuse au Château de Vaux -le -Vicomte que va organiser Fouquet entouré des plus grands artistes de l’époque : Lebrun, Le Nôtre, Vatel entre autres que voit d’un mauvais oeil son épouse . Louis XIV s’en inspirera pourtant pour Versailles

Le sort de cet homme influent est scellé . Il passe de l’Olympe au néant ,c’est à dire plusieurs années de prison , de longs procès où sa femme dévouée se battra de toutes ses forces pour sauver sa tête . On pense aux destins récents de certains hommes politiques français .

Du Théâtre puissant , profond dont les ressorts argent , puissance , amour et bien plus tard déchéance font de cette oeuvre une page contemporaine importante autant que l’évocation d’un drame historique , servi par de brillants comédiens .

Roland Haugade

Cette semaine Anthéa Sogno nous propose deux spectales "Bérénice 34 -44 " d’Isabelle Stibbe , un témoignage historique sur une comédienne pendant la montée du Nazisme et l’Occupation , jeudi 17, vendredi 18 et dimanche 20 et "l’envol du pingouin" un seul en scène du très lunaire , poètique et drôle Jean -Jacques Vannier du jeudi 17 au samedi 19 en soirée et dimanche 20 à 16 h.45.

Renseignements www.theatredesmuses.com ou +377 97 98 10 93 .

Partager

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message